La ville de Bordeaux a été élue en février dernier meilleure destination européenne 2015 dans un classement établi par European Best Destination ; devant Lisbonne et Athènes. Devant Londres, Rome ou Berlin. Mais, lorsqu’on compare le nombre de visiteurs qu’accueille Bordeaux (2,5 millions par an) et le nombre de touristes visitant Paris (47 millions par an), il y a de quoi s’interroger sur un tel écart alors que la ville n’est qu’à 3h de TGV (2h en 2017) de la gare Montparnasse.

© mescon (Flickr)

© mescon (Flickr)

Le vote s’est fait par une consultation en ligne durant trois semaines ; et les clips promotionnels réalisés par l’office de Tourisme de la ville, ainsi que l’implication de tous les acteurs locaux (dont Alain Juppé) ne sont pas étrangers à ce succès. Mais, en dehors du prestige, de quels arguments la ville dispose t-elle pour défendre ce titre de « meilleure destination touristique » en Europe ?

Les vignobles

700 millions de bouteilles de vin produites par an.
14 000 producteurs.
117 514 hectares de vigne.
400 négociants.
Un chiffre d’affaires de 14,5 milliards d’euros.

© Clodius maximus (Flickr)

© Clodius maximus (Flickr)

Oui, Bordeaux est la capitale mondiale du vin. On y compte quelques uns des domaines les plus prestigieux du monde et très rares sont les brasseries, les cavistes, les cafés ou les restaurants français, bas de gamme ou luxueux, qui ne disposent pas d’au moins une bouteille de Bordeaux à proposer à leur client. Et la ville devient la vitrine, et le meilleur ambassadeur de ce produit.

C’est le vin rouge emblématique ; une certaine idée du « caractère » français, corsé, fort, râleur et rêche. Et les paysages de vignobles, et le tour des cavistes, et les parcours gastronomiques proposant de goûter à toute une palette de Bordeaux en une seule journée, ne s’y trompent pas lorsqu’ils proposent, aux touristes fascinés, une certaine expérience de la France en bouche.

Mais la concurrence internationale – californienne, chilienne, argentine, australienne – est rude ; et le vignoble est en crise. Les prix baissent, et le nombre de producteurs diminue de plus en plus.

Un riche patrimoine historique

Les différentes « merveilles » de la ville (le miroir d’eau, le Grand Théatre, le pont Chaban Delmas, le tram, le soleil, le musée d’art contemporain), érigés en symboles bordelais par l’office du tourisme, donnent un certain caractère et quelques « incontournables » à voir / à faire, mais ne suffisent pas à expliquer l’attrait de la ville.

© xavier33300 (Flickr)

© xavier33300 (Flickr)

Peut-être s’agit-il de son histoire : la ville existait déjà avant Jésus, et le nom de Burdigala est attesté au moins au Ier siècle apr. JC. Autant dire que le patrimoine historique est riche de deux millénaires de traditions, de folklore, de bâtiments et de cultes. Le port de la Lune, joliment baptisé, a été nommé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Mais, au-delà de l’art et la culture, c’est une ambiance bordelaise qu’on apprécie vivre ; ses petits cafés, ses nombreuses échoppes où les tenanciers, d’origine maghrébine, offrent un thé vert à la menthe avec l’amabilité et la bonne humeur attachés à ces pays. Sa longue façade fluviale où l’on se balade ; des prix abordables, le confort des grandes villes et la richesse d’une programmation culturelle soutenue par de nombreuses aides. Le vin qu’on apprécie en terrasse, au soleil, en profitant des douces températures qu’offre la ville ; une taille humaine, ni trop grouillante de monde, ni trop vide ; un parfait équilibre entre le temps de vivre et l’exaltation intellectuelle de l’urbain.

Au niveau de l’hébergement, la ville a tout ce qu’il faut pour plaire (voir sur Hotelclub par exemple) : des hôtels situés à proximité de tous les centres d’intérêts, de beaux établissements qui ont pris leurs quartiers dans des bâtiments historiques et permettent de dormir dans les mêmes pièces que les rois de France de la Renaissance ; de quoi trouver un pied à terre pour aller ensuite sillonner l’Aquitaine et ses vignobles.

Une porte d’entrée vers l’Aquitaine

L’Aquitaine et la Bretagne sont mes deux régions préférées en France. Celles dont je suis tombé amoureux et que je défendrais bec et ongles face à quiconque me dirait qu’il existe de plus chouettes endroits sur Terre.

© Bernard Blanc (Flickr)

© Bernard Blanc (Flickr)

L’Aquitaine, c’est la côte Basque et ses superbes paysages découpés par les vagues et les surfeurs de Biarritz ; c’est le Massif central à l’est, l’Atlantique à l’ouest, et les Pyrénées au sud. Le bassin d’Arcachon et ses huitres, les vignes à perte de vue. La première région agricole française, les pruneaux d’Agen, le foie gras, le massif forestier des Landes, première région forestière de France. Bayonne et son jambon, sa feria, son ambiance et son rugby ; l’océan, admiré depuis la montagne ; l’Espagne, et l’Union Européenne, la porte d’à-côté. Ses trois langues locales aux sonorités chantantes ; l’occitan, le basque et le saintongeais.

Et un patrimoine gastronomique très, très, très riche : cèpe de Bordeaux, piments d’espelette, lamproie à la bordelaise, canelés, truffes de Sorges, Madiran, piperade, agneau de Pauillac, poule au pot, Irouléguy, la sauce « bordelaise » (au vin).

Et Bordeaux est la principale porte d’entrée vers ce territoire formidable ; avec une simple location de voiture à Bordeaux pour moins de 50 € par jour pour caboter de plaisirs en délices aux quatre coins du Sud Ouest.

Bref : vive l’Aquitaine !

Catégories : ArticleFrance

Chris

Journaliste indépendant

2 commentaires

tunimaal · 6 avril 2015 à 13 h 28 min

Les chiffres ne m’étonnent guère en soit. Par exemple, Tokyo au Japon est la ville la plus visitée du pays par les étrangers, mais cela ne veut pas dire que c’est la meilleure. Il y a parfois quelques perles cachées, mais étant donné que personne n’en parle vraiment, la masse ne s’y intéresse guère et c’est parfois dommage, comme c’est le cas pour Bordeaux….

Globe Travel Bordeaux · 10 avril 2017 à 11 h 00 min

Bordeaux est une pépite, elle regorge de trésors qui ne se révèlent qu’aux plus méritants qui se perdront dans la ville et et s’aventureront dans son dédale de ruelles. Nous apprécions ces espaces verts et la possibilité de se déplacer en vélo quasiment partout, la rive droite s’est aussi transformée, Bordeaux que du bonheur; Nous sommes fiers de nous y être implantés, quel meilleur lieu pour une agence de voyages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *