Je pars en voyage en Argentine en 2020 ! Après avoir vécu six mois dans le pays des gauchos entre 2011 et 2012, j’ai eu envie d’y retourner, et d’emmener ma petite amie dans le huitième pays le plus grand du monde. J’aimerais lui faire découvrir la beauté des paysages de Patagonie – ces glaciers, ce vent, qui me manquent tellement. J’aimerais que nous dansions le tango dans une milonga de Buenos Aires ; que nous ripaillions dans une parilla pour se remplir la panse avec un asado gargantuesque. Que nous admirions certains des plus beaux paysages du monde; et que nous sentions le vent de Patagonie à 120 km/h sur nos visages.

J’écris donc cet article comme un pense-bête ; la plupart des gens font ça sur un document Word ou dans un cahier mais, puisque c’est mon métier, autant partager les premières préparations de mon voyage en Argentine avec vous ! A noter que, plus qu’ailleurs, c’est un voyage qui demande beaucoup de préparations pour des raisons assez particulières :

– l’inflation est un véritable fléau en Argentine, et les prix / tarifs peuvent énormément changer d’une année sur l’autre
– s’il est très facile de trouver des informations pour les attractions les plus célèbres, ceux qui ne parlent pas espagnol auront quelques difficultés pour obtenir des renseignements à jour
– visiter la Patagonie hors des sentiers battus reste assez difficile, notamment à cause du manque d’infrastructures et d’informations. Ce qui est le propre de toute destination réellement « hors des sentiers battus » !

Les 7 choses à voir et à faire lors d’un voyage en Argentine

1. Danser le tango à Buenos Aires

Tango Buenos Aires

Lorsqu’on parle de Buenos Aires, parler de Tango est incontournable. Qu’on aime ou non la danse et danser, qu’on aime ou non le son du bandonéon et les fabuleuses composition d’Astor Piazzolla, il faut absolument mettre les pieds dans une milonga (lieu où se danse le tango) lors de son séjour en Argentine.

D’autant que ça ne coûte absolument rien ! Le tarif standard pour un droit d’entrée dans une milonga est de 180 pesos … Soit un peu moins de 3 € ! Ce prix inclut même souvent des cours pour grands débutants. La grande nuit pour danser le tango (et/ou voir des gens danser le tango) est le samedi soir. Les prix seront un peu plus élevés ce jour-là (250 pesos) mais vous aurez le bonheur de pouvoir contempler le spectacle de professionnels et d’amateurs très doués, emportés par la prestation live d’un orchestre. Souvent, à partir d’une certaine heure (2h30 du matin en général), l’entrée est libre et gratuite. Oui, lorsque les Argentins sortent, ils sortent très tard le soir.

2. Faire la route des vins de Mendoza

Route des vins de Mendoza

Vignobles de Mendoza (Tulio Soria, Flickr CC)

La réputation des vins argentins et chiliens n’est plus à faire. L’Argentine, de par l’étendue de son territoire, dispose de très vastes sites de production, qui font de la région de Mendoza la plus importante région vinicole du continent sud-américain, et du pays le cinquième producteur mondial de vin derrière l’Italie, la France, l’Espagne, et les Etats-Unis. A l’étranger, on connaît surtout le Malbec, qui accompagne à merveille les steaks argentins (les meilleurs du monde d’après mon palais!) mais le raison le plus typique d’Argentine reste le Torrontés, qui fait un vin blanc aromatique.

Mendoza, ce sont 150 000 hectares de vignobles. Le cœur de la production vinicole argentine ; l’équivalent de Bordeaux ou de la Napa Valley aux Etats-Unis. Mais, contrairement à ces deux endroits, le paysage, il faut le dire, est incomparablement plus beau, puisque la quasi-totalité des vignobles propose d’admirer la cordillère des Andes en arrière-plan. A noter qu’ici, contrairement à la France, il n’y a pas de cuvée : le vin est produit toute l’année. 330 jours de soleil par an, imaginez un peu !

Au niveau des tarifs, comptez :
– 100 pesos par jour pour une location de vélo
– entre 70 et 100 pesos pour une dégustation (deux à trois verres)
– 18 € pour une visite guidée d’une demi-journée (5h) en passant par au moins deux établissements vinicoles

3. Visiter la région des lacs autour de Bariloche

Bariloche

Les lacs de Bariloche en 2012

Bariloche, la « Suisse de l’Argentine » comme aiment le dire les Argentins, est connue pour ses très beaux paysages de lacs et de montagnes, ainsi que pour sa station de sports d’hiver située sur le Cerro Catedral (2405 m), l’un des plus grands domaines skiables d’Amérique latine. Ses cours d’eau sont également réputés pour la pêche à la truite et au saumon.

Pour être honnête, j’ai été un peu déçu par la ville de Bariloche, que j’ai trouvé très artificielle, et surfaite. Beaucoup de magasins, d’attractions touristiques, de cafés sympas mais un peu « standardisés », cool mais du type qu’on trouve dans tous les coins du monde fréquentés par un grand nombre de touristes. En revanche, le grand intérêt de Bariloche, à mes yeux, reste le fait qu’il s’agisse d’un « îlot de civilisation » dans une province de 200 000 km² (soit un peu plus d’un tiers de la France) quasiment vide d’habitants (3,1 hab/km²) : le Río Negro. Un paradis pour tous ceux qui veulent voyager hors des sentiers battus ; faire de longues balades, de longues randonnées sans rencontrer âme qui vive, ou touriste en combinaison Quechua.

4. Explorer la Patagonie

vaches de Patagonie

Vaches de Patagonie en 2012

S’il n’y avait qu’une seule raison pour voyager en Argentine et au Chili, ce serait la Patagonie. Le plus bel endroit sur Terre à mes yeux, fait de vents (jusqu’à 120 km/h!!) et de montagnes, de grands espaces et de glaciers, de forêts tropicales tempérées et subpolaires. C’est sauvage, rude, brut ; et s’il est vrai que la destination est très fréquentée à certains endroits (comme la sainte trinité El Chaltén / El Calafate / Torres del Paine), l’écrasante majorité du territoire patagonien reste inexplorée par les voyageurs et les touristes. Et ce, pour plusieurs raisons :

– il n’y a pas de transports publics
– le territoire est immense (1,043 million km² ! La France fait métropolitaine fait 643 801 km²)
– c’est l’une des régions les moins peuplées du monde (5,4 hab/km2) : du coup, les infrastructures d’accueil sont concentrées aux mêmes endroits

Bref, il est actuellement difficile de visiter la Patagonie par soi-même … Et c’est justement ce qui la rend si intéressante ! Même en louant une voiture, il faudra faire très attention à son approvisionnement en carburant, car les stations service sont rares … A noter que des fouilles de véhicule et de personnes peuvent avoir lieu sur la route : en effet, il est interdit d’introduire en Patagonie des fruits et légumes frais.

5. Voir les baleines mettre bas au large de la péninsule Valdés

Baleines Argentine

Des Orques au large de la péninsule de Valdés – doriana del sarto (Flickr CC)

Classée en 1999 au patrimoine mondial par l’UNESCO, la péninsule Valdés est une aire protégée où la faune est plus abondante que la flore. Sur les côtes, les mammifères marins sont nombreux et très diversifiés : éléphant de mer, otaries, manchots, nandous de Darwin, renards gris, guanacos sur la terre ; baleines franches, orques et dauphins en mer.

Mais le grand spectacle se déroule en hiver, lorsque les baleines peuvent être vues (depuis la côte !) à la saison des amours. Observer les parades nuptiales est très facile ; et les plus chanceux pourront même voir les baleines mettre bas. Enfin, contrairement à d’autres endroits du monde, le tourisme, ici, ne gêne pas la vie animale: ainsi, grâce aux mesures de protection, la population de la baleine franche australe récupère lentement.

6. Visiter la plus grande colonie de manchots du continent

Manchots Magellan

Manchots Magellan en Argentine – mzagerp (Flickr CC)

Chaque année, vers la fin septembre, débute la « saison des manchots » dans la province de Chubut. A cette période, les manchots Magellan viennent se reproduire et mettre bas : on peut observer jusqu’à un million d’individus dans une zone protégée de 210 hectares ! Les manchots mâles arrivent dès la fin du mois d’Août pour rénover les nids, rejoints par les femelles un mois plus tard, donc. Ensuite, après une période d’incubation de 40 jours, les bébés manchots pointent le bout de leur nez ; si vous rêvez d’en apercevoir, le mois de novembre sera donc le plus propice.

7. Faire l’ascension de l’Aconcagua, toit des Amériques

Aconcagua

Aconcagua (Mariano Mantel Flickr CC)

La cordillère américaine, qui va de l’Alaska à l’Antarctique, culmine au sommet de l’Aconcagua à 6 962 mètres d’altitude. Il s’agit du plus haut sommet du monde après ceux d’Asie (Himalaya, Karakoram, Cordillère du Kunlun) et fait bien entendu partie des « 7 summits », les sept plus hautes ascensions du monde dans chacun des sept continents.

Quel est le niveau de difficulté de l’ascension de l’Aconcagua ?

L’ascension de l’Aconcagua est très physique, mais très peu technique. Elle est donc accessible pour toute personne en (très) bonne condition physique ayant une expérience de la randonnée.

Sans difficulté technique, l’ascension se fait par la façade nord-ouest, en commençant par la base du glacier des Polonais pour ensuite rejoindre la voie normale, au camp de Berlin. Au sommet, par beau temps, le regard porte sur la pampa de la région de Mendoza et va jusqu’à l’océan Pacifique, situé à 150 km de là. Les condors, qui raviront les fans des mystérieuses Cités d’Or, accompagnent les promeneurs tout du long de l’ascension.

Toute ascension de l’Aconcagua s’organise depuis Mendoza. De nombreuses formules sont disponibles : une ascension en quatre jours pour les plus chevronnés, en 22 jours pour les plus prudents … Mais la route normale est une expédition de 18 jours qui commence par la vallée de Horcones.

Quels sont les tarifs 2019/2020 de l’ascension de l’Aconcagua?

Tarifs 2019/2020 du permis pour l’ascension de l’Aconcagua
tarifs ascension aconcagua 2019 2020

Tarifs du permis pour l’ascension de l’Aconcagua 2019 2020 (source: site officiel de la province de Mendoza)

Tarifs 2019/2020 des expéditions pour l’ascension de l’Aconcagua

Il faut compter entre 5000 et 6000 € pour réaliser l’ascension de l’Aconcagua, selon les formules, la présence de porteurs ou non, etc. Le prix le plus bas que j’ai trouvé a été de 3840€.

Où et quand partir en voyage en Argentine ?

La meilleure saison pour un voyage en Argentine dépend de la région que vous souhaitez visiter. En effet, dans un pays cinq fois plus grand que la France, on peut distinguer deux grands ensembles au nord et au sud d’une ligne horizontale qui irait de Bahia Blanca / Mar del Plata jusqu’à Neuquén. Il faut également se rappeler que l’Argentine est située dans l’hémisphère Sud : lorsque c’est l’hiver en France, c’est l’été en Argentine.

Quelle est la meilleure période pour un voyage en Argentine ?

Si vous souhaitez tout faire, la meilleure période, d’un point de vue météo, sont incontestablement les mois de Février/Mars, qui correspondraient à un mois de Septembre en France. A cette époque de l’année :

– En Patagonie : climat doux
– Buenos Aires et nord-est : climat chaud et humide
– Mendoza : climat chaud et sec

Quand visiter l’Argentine si on ne peut pas y voyager en Mars ?

Pour avoir un climat doux, il faut privilégier les périodes suivantes :

– Pour visiter la moitié nord de l’Argentine : plutôt de Mai à Septembre
– Pour visiter la moitié sud (Patagonie) : plutôt d’Octobre à Mars

Enfin, je ne sais pas si c’est toujours le cas mais, lors de mon voyage en Argentine, mon séjour à Buenos Aires en été s’est fait dans une chaleur étouffante. J’ai largement préféré vivre à Buenos Aires en hiver (Juillet / Août).

Catégories : Argentine

Chris

Journaliste indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *