Attention : cet article contient de nombreuses private-joke que seuls les gens d’origine cambodgienne comprendront. J’ai également repris quelques éléments de listes similaires qui existent sur Internet et qui m’ont bien fait marrer. EDIT : et quelques éléments qui ont été posté en commentaire 🙂

Un voyage au Cambodge permanent malgré toi

… de la bouffe

… Tu gnam bai (« manger du riz ») tous les jours
… Le repas-type de ton enfance n’est pas une assiette de pates au beurre et au ketchup, mais un bol de riz arrosé de Maggi
… Et tu adores toujours le Maggi
… Tu ne bois jamais d’eau. Uniquement du coca.
… Tu as eu la coupe au bol
… Et tu sais que les bonzes bouddhistes sont en fait des types qui viennent squatter gratos la bouffe chez les gens
… Et qu’ils viennent chez toi te bénir (en t’arrosant avec de l’eau parfumée) à peu près à n’importe quelle occasion que tes parents auront jugé opportun (ta naissance, ton premier anniversaire, avant de passer le bac, pour fêter ton permis …)
… Et toi, tu t’asseyais au premier rang pour recevoir le plus de gouttelettes possibles
… Bref, ils étaient souvent là
… Même un peu trop souvent, pour tes pauvres genoux en souffrance
… Mais pas assez souvent là, aux yeux de ton estomac
… Parce qu’on mange bien quand même, lorsque les bonzes viennent squatter.
… D’ailleurs, on mange toujours bien
… Et même souvent un peu trop, parce que lorsqu’on sait qu’il y aura 10 invités, on cuisine pour 20 personnes. Au cas où.
… Parce que tu sais que les autres Cambodgiens aiment bien venir squatter à l’improviste, en partant du principe que, parce qu’on vient tous du Cambodge, on est probablement un peu tous frères et soeurs
… D’ailleurs, tu appelles de parfaits inconnus ‘mon frère’ (bang), ‘ma soeur’ (sey bang) , ’ma tante’ (ming) et ‘mon oncle’ (pou) – en khmer, évidemment. Sinon t’as l’air con, et tu dis « Monsieur » et « Madame » comme tout le monde.

Le « Prahoc » (pâte de poisson fermenté) est pour toi comme un bon foie gras, tout comme les foetus de canard (balut)– d’ailleurs, tu viens à l’instant d’apprendre qu’on appelait ça « balut » en Français.

balut oeuf fecondé

Un oeuf de canard couvé (Balut)

… Les pattes de poulet sont, pour toi, un mets raffiné
… Tu nourris ton chat et ton chien avec du riz.
… A table, tu accompagnes les plats de « teuk trey » (littéralement « eau de poisson ») avec du piment
… Tu n’as jamais assez de place sur la table pour poser tous les plats (attention à ne pas renverser le teuk trey !)
… Des paquets de « mi » (nouilles instantanées) t’ont déjà sauvé la vie
… Et lorsque tu demandes à ta mère ce qu’il y a à manger, elle te répond : « du bai ! » (« du riz ! »)

… Quand tu as des invités, si tu n’as pas passé au moins 3h à faire la cuisine, c’est que tu cuisines mal
… Ca te paraît tout à fait normal de manger des desserts a base de lait de coco ressemblant à du vomi coloré
… Et tu adores les sandwichs chinois à 2,80 € du petit magasin entre Paris Store et Tang Frères
… Tu manges les fruits acides (mangues pas mûres, pommes …) avec du sel et du piment
… Tu es invité à manger du « ban hoi » (bobun cambodgien) pour un anniversaire dans les semaines qui viennent
… Tu as du riz en sac de 25 kg chez toi
… Tu as déjà eu un grain de riz coincé dans ton sinus à cause d’un rire ou d’un éternuement. D’ailleurs, ça t’arrive toutes les semaines

… Un repas sans viande n’est pas un repas. C’est un péché.
… Un repas sans PORC n’est pas un repas. C’est une hérésie.
… D’ailleurs, tu ne manges jamais de lardons. Tu manges « de la viande de cochon à trois étages ».

Angkor wat

Angkor wat

… du Srok Khmer (le Cambodge)

… Les agences de voyage spécialisées comme Routes du Cambodge en savent davantage sur le pays que toi
… Mais tu fais quand même genre tu t’y connais à fond sur le sujet
… Même si tu n’as jamais pris le temps de lire le moindre livre d’histoire sur le pays
… Parce que tu ES Khmer – donc, tu connais forcément tout sur le bled. C’est dans ton sang
… D’ailleurs, tu regardes ou enregistres tout les reportages sur le « srok khmer » (Cambodge), même si ça ne dure que 2 minutes
… Tu admires ta fresque d’Angkor Wat tous les jours dans ton salon
… Et ton apsara.

… Malgré tout ça, parler des années Pol Pot est relativement tabou dans ta famille
… D’ailleurs, tu n’as jamais trop su ce qu’il s’était passé – et tu n’as pas vraiment envie de le savoir
… Mais tu restes toujours choqué, lorsque tu vas au Cambodge, par le fait que tout le monde semble avoir « oublié » cette période pour se tourner vers l’avenir
… D’ailleurs, pour toi, Hun Sen est la personne la plus antipathique sur Terre
… Pire encore que Kim Kardashian
… Et tu ne comprends vraiment pas ce que lui trouvent les Cambodgiens

… Lorsque tu reviens du Cambodge, tes valises sont remplies de poissons séchés et de poissons pourris
… Le nom de Sin Sisamuth te rappelle les longs soupirs de désespoirs que tu poussais chaque fois que tes parents passaient ça en boucle
… Aller te balader au Wat Vincennes un dimanche en avril est ta définition du pic-nic familial réussi
… Certains adultes de ta famille te font horreur à chaque fois qu’ils prennent leur vin avec des glaçons
… Lorsque tu dis que tu n’aimes pas tel ou tel aliment/plat/spécialité khmère, personne ne te prend au sérieux. On dira plutôt en khmer que tu ne SAIS PAS (sous-entendu : que tu ne sais pas ENCORE) manger ce truc dégueulasse (sous-entendu : on va t’apprendre la vie, et tu vas vite apprendre à aimer le prahok ou ça va barder)

… On te dit souvent que tu as une tête de gentil – et tu es effectivement gentil. Sauf lorsqu’on te dit que le Durian, ça pue. Et là, tu deviens méchant, parce que NON, ça ne pue pas, c’est même le meilleur fruit du monde et tous ceux qui diront le contraire iront pourrir en enfer

Les multiples utilisations d'un Krama

Les multiples utilisations d’un Krama (trouvé ici)

… Des us et coutumes étranges …

… Tu ne comprends vraiment pas pourquoi les Français s’obstinent à manger leur riz avec des baguettes « pour faire comme les asiats ». Toi, à la maison, tu mangeais ton riz avec une putain de cuillère et ça marchait très bien.
… D’ailleurs, tu n’as jamais vraiment compris pourquoi les Français ne mettent qu’une fourchette et un couteau autour de ton assiette, chaque fois qu’ils dressent une table. OU EST MA GROSSE CUILLERE ?!
… Tu laisses le film plastique de protection sur ta chaise de bureau neuve pendant quelques années, histoire qu’elle reste « neuve » encore un peu plus longtemps
… Tu considères qu’un krama a plus d’utilisations potentielles qu’un couteau suisse
… Les chansons de ton enfance ne parlent que de cœurs brisés
… Tu peux regarder des films chinois de cape et d’épée répartis sur 20 cassettes de 2h chacune, sans comprendre un seul mot
… Tu penses que le Madison, ça déchire
… Et on t’oblige à danser le « roam vong » – aussi connue sous le nom de « danse la plus monotone du monde » – à n’importe quelle fête cambodgienne

… Tu as au minimum 10 T-shirts ‘Mickey’ dans ton placard.
… Tu n’arrives plus à compter combien tu as de cousins
… T’as des cousins avec des noms imprononçables pour les Français ; et d’autres qui s’appellent Kevin, Richard, André
… Tu sais qu’il ne faut JAMAIS emmener tes parents dans un casino
… Et tu connais quelqu’un de ta famille qui a déjà vu des fantômes

… Chez tes parents, il y a des clips karaoké qui tournent en permanence à la télé
… Chez toi, t’as un « ketel » (natte de jonc)
… Et quand t’étais petit, tu installais ce « ketel » dans le salon pour regarder la TV (DBZ de préférence ou la trilogie du samedi soir) ou un matelas (parce qu’il y avait souvent quelqu’un qui venait squatter)
… Et quand tu vas à la plage avec la famille, tu emmènes toujours ce même « ketel » ET du « bai » (riz) dans un autocuiseur
… d’ailleurs, tu emmènes ton riz et ton autocuiseur dès que tu sors de chez toi

autocuiseur a riz

Ton meilleur ami

… Tu as un calendrier Tang Frères à la maison
… Tu as chez toi des tongs de toutes les couleurs
… Tu « lok mok » (« se laver le visage ») le matin
… Et t’as des habits Ralph Lauren ou Versace qui t’ont coûté 10 $ au Srok Khmer

… Ton père ou ton oncle t’a déjà demandé de marcher sur son dos pour le masser
… Quand tu rêves d’être riche, ta mère ou ta tante te dit « bah joue au Loto ! »
… Et quand tu ne comprenais pas un mot de vocabulaire français, ta mère ou ta tante te disait « bah regarde dans le dictionnaire ! »

… Ta bibliothèque familiale est composée uniquement de bouquins sur le Cambodge
… Tes parents ne te disaient rien lorsque tu avais un 19/20 à l’école, mais t’engueulaient dès que tu ramenais un 15/20
… Ils te surveillent comme si t’avais 15 ans alors que t’en as 25
… et ont une fâcheuse tendance à inverser le « z » et le « j » (zone devient jone et eau de javel devient eau de zavel)

… Tes parents veulent que tu te maries avec un(e) khmer ou un(e) parang (Français) mais surtout pas de cham ou de kmao
… Tu parles khmer mais ne sais pas le lire ni l’écrire
… Et quand tu vas à Paris, tu te sens obligé d’aller en pèlerinage dans le XIIIe arrondissement (Porte de Choisy) et d’aller déjeuner au Tricotin

… Quand tu reviens de la plage ou du ski trop bronzé, ta famille te reproche de ressembler à un Africain
… Tu as 80 télécommandes a la maison
… Il y a toujours une couverture sur le canapé du salon pour dormir

Bonze khmer

Un bonze reçoit une bénédiction sur des « ketels » (trouvé ici)

… Quand tu étais petit, tes parents te tapaient avec des sandalettes achetées au « Paris Store »
… Et ils essayaient de te faire passer en demi-tarif alors que t’avais 16 ans
… Tu adores faire des blagues sur les vieux de ta famille – et, rongé par la culpabilité, te te dis que tu vas « bapp » (être maudit)
… « Elle est blanche/Il est blanc ? » est la première question qu’on te pose lorsque tu dis que tu es en couple avec quelqu’un
… Ta famille est toujours prête à supporter un athlète asiatique à la télé (Michael Chang, ce héros !)
… Lorsqu’il y a une réunion de famille, ton quartier ressemble à un parking de supermarché
… Ton tube de dentifrice en fin de vie est écrabouillé, ouvert aux ciseaux et raclé de tous les restes possibles de pate
… Tes parents parlent  » Frasiatique » : 70 % khmer, 20 % Français, 10 % en grognements
… Tu t’en fous de bosser a Noël, le jour de l’an, ou le samedi soir
… Tes parents paraissent avoir 30 ans de moins dès qu’il font une teinture
… Tu prends tout ce qui est gratuit – surtout les grands sacs en plastique
… Tu n’as jamais eu de coup de soleil
… Tu ne comprends pas quand tes amis blancs n’arrivent pas à distinguer un asiatique d’un autre
… Tu ne présentes ton/ta petit(e) ami(e) qu’après au moins deux ans de relation sérieuse
… Et si jamais tu te fais faire un tatouage ou un piercing, c’est que tu es devenu un délinquant

… Tes tantes t’obligeaient à regarder des vidéos de karaoké où l’héroïne était souvent une asiatique pas très jolie en train de courir dans un temple, une forêt, un jardin ou une librairie
… Tes oncles et tes tantes te ramènent toujours des vêtements lorsqu’ils rentrent d’Asie. Généralement rose fuchsias, orange fluo, ou citron vert acide
… Et tu as un gratte dos EN FORME DE MAIN qui sort d’on-ne-sait-où


Chris

Journaliste indépendant

57 commentaires

Nims · 16 juin 2015 à 8 h 50 min

J’adore!!!!!

Kayane · 17 juin 2015 à 14 h 40 min

Hahahahhaa je me suis reconnue partout ! Énorme ! Merci pour ces fous rires ! À partager de suite à tous mes amis khmers.

    Chris · 18 juin 2015 à 6 h 51 min

    Merci pour le partage 🙂

      christine · 29 juin 2015 à 15 h 40 min

      Merci pour ce bon moment. Je suis Française élevé 90% par mon parrain qui était cambodgien. Et marié a un cambodgien. Et bien oui je me suis revue. Et j en suis nostalgique. Car j ai 50 aujourd hui, et franchement cette vie de partage. Cette vie les we d avril à Vincennes avec les odeurs de saucisses khmères. Les soirées assises sur les nattes tous réunis a niam bay et finir devant le karaoké. Les dimanches courses à Pte Choisy. Et manger la soupe de Phnom Penh au Tricotin. La vache quels souvenir. Merci à toi Chris. Vraiment que du bonheur

        Chris · 9 juillet 2015 à 1 h 59 min

        Merci à toi, pour ce très touchant commentaire 🙂

Hotel cayenne novotel · 17 juin 2015 à 15 h 22 min

Incroyable! C’est vraiment tout çà? Le fœtus de canard ne me semble pas très engageant mais en tout cas super article! Je n’ai pas cessé de rire jusqu’à la dernière phrase : »Et tu as un gratte dos EN FORME DE MAIN qui sort d’on-ne-sait-où ».

    Chris · 18 juin 2015 à 7 h 06 min

    Je t’assure qu’avec du citron vert, du sel et du poivre, le foetus de canard c’est très bon 🙂

Sok · 17 juin 2015 à 18 h 01 min

Mouais, y a des vérités, je me suis reconnu sur 20%, les autres 80% c’était pas du tout le cas.

    Chris · 18 juin 2015 à 7 h 07 min

    Ce serait trop beau si j’étais capable de pondre un article où tout le monde se reconnaissait à 100 % ;). C’est avant tout un hommage à ma propre famille, qui eux reconnaitront tout un tas de moments qu’on a pu partager ensemble.

      Malek · 19 juin 2015 à 11 h 36 min

      J’y vois un bon 80 % de ma belle famille !

Thirida · 18 juin 2015 à 0 h 49 min

Genial! Tout est dit ( et bien dit!) tellement drôle! Je croyais que c’était vrai que chez moi..! J’ai aussi envie de rajouter le fameux baume du tigre qui sert à guérir à peu près toutes les maladies du monde, le nouveau an à la pagode de Vincennes qui ressemble à un gigantesque pique nique où tu passes ta journée à saluer des « oncles et tantes », cette bière ou pire ce vin que tu bois avec des glaçons ( sans oublier de trinquer à chaque gorgée!), et j’en passe… So proud to be Kaun kat 😉

    Chris · 18 juin 2015 à 7 h 11 min

    Oooh oui, le baume du tigre magique ! Et le nouvel an avec toutes les brochettes à tomber par terre ! Hahaha et le vin au glaçon … On a eu la même enfance apparemment 🙂

Marie-So · 18 juin 2015 à 2 h 42 min

Ahhahha ! Mais c’est exactement tout ça !!! Mais vraiment tous les points ! J’adore !

Dayshizer · 18 juin 2015 à 4 h 09 min

Pareil , ce que tu écris est vrai car je le vis au quotidien. Soutien à la solidarité Khmer et Boudhique(Watt)

Rattana · 18 juin 2015 à 5 h 17 min

Bonjour,

Je me reconnais un peu dans certaines de ces situations car je suis d’origine cambodgienne à moitié. Je ne suis pas d’accord avec toutes mais dans sa généralité c’est ça !
J’adore le « de la viande de cochon à trois étages » mon père disait ça aussi, tellement vrai 😀

Merci j’ai bien ri 🙂

rinal · 18 juin 2015 à 5 h 19 min

Etant d’origine cambodgienne, j’approuve !

Nina · 18 juin 2015 à 7 h 20 min

On pourrait ajouter aussi :

– tu as des fruits beaucoup trop mûrs dans un coin de ton salon juste à côté des photos de tes ancêtres ;
– tu te changeais tout de suite pour enfiler un sarong en rentrant de l’école ;
– quand un adulte réalise que tu n’aimes pas quelque chose (le durian par exemple), il te dit « tu sais pas manger le durian » ?

Pour ma part, je suis trop fière de ne jamais prendre de coups de soleil 🙂

    Chris · 19 juin 2015 à 5 h 26 min

    Hahahaha ouii, les fruits trop mûrs à côté du coin photo « Lok Ta / Lok Mae » et le « pas savoir manger » quelque chose ! Je rajoute à la liste si tu me le permets 🙂

      Nina · 21 juin 2015 à 2 h 08 min

      Bien sûr !

So Geniale · 18 juin 2015 à 11 h 43 min

Je me suis reconnue à 75%
On ne recevait pas avec ma mère, on squattait chez les autres !

Sochivan · 18 juin 2015 à 14 h 05 min

Tellement parfait !! 😀 Moi et mes frères on approuve à + de 90% mdr

Ven · 18 juin 2015 à 14 h 57 min

Oh my…. !!! Famille cambodgienne nombreuse, j’aurai pu écrire la même chose. Et pour tous ceux qui pensent que c’est pas vrai, vous allez tous être baaap 😉

Merci pour cet auto portrait.

    Ven · 18 juin 2015 à 15 h 32 min

    Je rajouterai que quand tu es cambodgien, tu es habitué aux gens qui te demandent de quel origine tu es. Vous êtes vietnamien ? Toi, tu réponds : presque, c’est juste à côté. Car c’est rare que quelqu’un te demande directement si tu es cambodgien. Tes parents ont tellement écouté du Sin Sisamuth que toi aussi tu connais toutes ses chansons par coeur alors que tu n’en écoutes pas chez toi depuis des années. Quand tu découvres les films que tes parents ont regardé, tu remarques que ce sont toujours les mêmes acteurs, dans les mêmes rôles : un homme riche veut épouser une jolie femme, mais celle-ci est amoureuse d’un pauvre pêcheur. La mère de la jolie femme est une veille femme très méchante qui veut vendre sa fille. A la fin, le héro ou la jolie femme ( ou les deux) meurent. Quand tu regardes un de ces films, tu as honte car les gags sont nuls et les discours sont très naïfs. Tu remarques aussi qu’il y a qu’un seul doubleur pour les voix du héro, du méchant, de la femme, de la mère et des enfants…

    Mais malgré tout ça, tu restes fière d’être un cambodgien… Et je le suis. 😉

      Chris · 28 juin 2015 à 12 h 51 min

      Hahaha très vrai ! J’ai rajouté Sin Sisamuth, ça m’a fait mourir de rire 🙂

Ti · 18 juin 2015 à 16 h 12 min

Excellent ! On pourrait ajouter :
– chez tes parents et leurs amis il y a toujours trois types de tableau : Angkor Vat, un paysage de campagne et une apsara
– tu as vu un aîné se faire soigner avec des ventouses sur le dos et tu as trouvé ça impressionnant
– durant les fêtes, les mariages… le volume de la musique déchire les oreilles

    Ramana Ryan SENG · 18 juin 2015 à 17 h 27 min

    – durant les fêtes, les mariages… le volume de la musique déchire les oreilles… que tu es obligé de crier a l’oreille de ton voisin ,et qu’ à la fin de la soirée, tu ne sais rien de la personne qui était en face de toi…

    rasi à un buffet à volonté;, tu ne manges pas comme 4, on te dira que c’est gacher… »kraat »

    Chris · 28 juin 2015 à 12 h 51 min

    L’Apsara ! J’ai oublié l’Apsara ! Honte à moi.

atlantique-vacances.fr · 18 juin 2015 à 18 h 07 min

J’ai adoré ! Sans vouloir offensé nos amis khmers… certains passages étaient à mourir de rire mais promis, je me calme!

Willy Poddevin · 19 juin 2015 à 6 h 33 min

Tellement vrai, je me suis reconnu dans presque tout ! C’est bien une des seules fois ou je rigole comme ça devant mon écran sincèrement ! MERCI pour ce fou rire que je vais partager avec ma famille en rentrant ce soir !

Sothear · 19 juin 2015 à 7 h 33 min

Excellent billet ! et j’ajouterai que :
tes parents ne connaissent que 2 métiers dans la vie , medecin ou ingénieur.
Dans les réunions familiales, tu es comparé à tous les autres enfants. Il fait quoi comme études ton fils?

    Nina · 21 juin 2015 à 2 h 08 min

    En réalité, il y a 3 professions : médecin, ingénieur ou pharmacien 🙂

      Chris · 28 juin 2015 à 12 h 52 min

      C’est fou – j’ai une cousine médecin, deux cousins ingénieurs et un cousin pharmacien !

Michel · 20 juin 2015 à 6 h 52 min

et j’ajouterai que tu te rappelles les « karem » dont tu te délectais en sortant de l’école…
et que tu ne supportes pas une soupe sans coriandre fraîche,

Bopha · 20 juin 2015 à 16 h 08 min

Omg , le fou rire et oui c’est nous les kohn khmer

Plage bretagne · 23 juin 2015 à 16 h 21 min

Bai je sais que c’est riz pour le reste ce fut une découverte de lire ton article! Pour être honnête un excellent moment pour découvrir avec humour la culture cambodgienne ou khmer. Merci encore!

Thavi · 26 juin 2015 à 6 h 02 min

il manque une petite phrase sur le « kor kochol » avec la baume du tigre et les traces rouges sur le dos à la piscine et une sur les autel rouge avec 3 encens plantés en l’honneur des ancêtres !! ^^ sinon truth truth truth

    Chris · 28 juin 2015 à 12 h 53 min

    Hmmm je ne vois pas ce qu’est le Kor Kochol, mais ça doit être parce que je le prononce mal dans ma tête 😉

      Thavi · 7 juillet 2015 à 11 h 19 min

      ou c’est moi qui l’écrit mal ^^ c’est quand les khmers frottent la peau avec une pièce de monnaie après s’être badigeonné de baume du tigre quand ils sont malades ..

Hotel guyane · 4 juillet 2015 à 8 h 46 min

Excellent! excellent! derrière l’humour il y a tout de même une dure réalité qui est dépeinte mais vécu « parce que c’est comme çà ».

Justine Bon-tan · 6 juillet 2015 à 15 h 41 min

Incroyable, c est ma vie!! Mon petit garçon est kaun kat de 4 ans, il lok mok tous les jours et me réclame sans cesse bai mazzi. Et bien sur, des qu il se ballade dans le 13e avec les grands parents pour manger bai lok lak, il faut faire sathouk a tous les coins de rue. Il a d ailleurs demande du maggi a sa cantine !

SAD · 8 juillet 2015 à 15 h 52 min

Tres drole, je vois que je ne suis pas le seul à avoir de l’autodérision sur mes origines, merci.

Amelie · 9 juillet 2015 à 0 h 15 min

Genial! De gros fous rires.
Il manque aussi le « Bum Gun » qui remplace le papier toilette, la douche en se versant des coupelles d’eau depuis la jarre, le Kuy Teav du matin, le fait que tu recois des reflexions des que tu prends/perds quelques kilos, la premiere question qu’on te pose quand tu viens de t’acheter un nouveau truc « Ca a coute combien? », les parties de petanque ou « boul » a 5000 riels, …. on se moque de toi si tu preferes marcher 500 metres que prendre un motodop, et tellement d’autres …
Halala, le srok Khmer… toute mon enfance et mon adolescence.
Salut a tous les khmers de France et d’ailleurs!

WendiieBreezy · 6 août 2015 à 11 h 29 min

Ahah du début a la fin je me suis reconnue

A ting moeung · 15 août 2015 à 6 h 45 min

J ai bien rigole, aussi ne pas oublie les musics khmere qui tournent en boucle dans la voiture a chaque fois qu on part quelque part avec les parents. L odeur du riz parfume a chaque fois qu on va chez des amis khmere.
J ai kon kat pi .2 enfants metisses Eleve par leur mere francaise .
Ils sont heureux de me revoir pour manger du bai avec du teuk s’ive .. maggie . Avec du somlo . Tcha ou aing satch. Ils jurent que par la cuisine khmere
Ils aiment pas pas les pates pommes de terre

kon kat khmer baraing · 27 août 2015 à 13 h 16 min

Ahhh genial, merci pour ce post !
Je suis moi meme kon kat et jai bien ris
Tu pourrai ajouter des miliards de choses tellement que les khmers sont unique
Je sais pas chez vous mais tout le monde s’appel pareil, juste une ou deux lettres changent dans les prenoms
Et les parties de « si cou » (jeux de cartes) qui durait une journee, ou les joueurs tapait le plus fort possible par terre leurs cartes (jamais compris pourquoi)
Sinon le foetus ca ne t’appel pas « Pon te cone »?
En tout cas merci encore, ca me rappel la France,
Salutation de Phnom Penh !

Lea Tour · 25 novembre 2015 à 8 h 34 min

C’est confirmé, je n’ai pas été élevée au Cambodge ! 🙂 Ce fut toutefois très plaisant de découvrir la culture avec vous.

Estelle · 2 mars 2016 à 11 h 31 min

Ahah j’ai ri !!!! Je suis française, en couple avec un cambodgien depuis 10 ans, et nous avons un petit garçon de 3 ans ! Ton article me parle beaucoup, et encore plus depuis que nous sommes allés au Cambodge en octobre dernier. 4 semaines dans la famille, j’en pouvais plus de manger du riz !
Je reconnais ma belle famille dans beaucoup de points de ton article !

Céline Monier · 2 mars 2016 à 15 h 44 min

Merci beaucoup pour cette page qui m’a beaucoup fait rire et m ‘ a rappelé de bons souvenirs. Je ne suis pas khmère mais j’ai vécu 2 ans au Cambodge et j’ai vraiment adoré

SreyTouch · 3 mars 2016 à 22 h 49 min

Je suis cambodgienne et franchement, ton article me fait trop trop marrer! Je me reconnais disons à 99,99999999% !
Je suis vraiment contente que quelqu’un écrive un tel article sur les Cambodgiens, parce que j’en connais très peu dans mon quartier et en toute franchise, ils semblent avoir oublié leur racine… Du coup, ton article me rappelle que ce n’est pas le cas pour tous! Mon patriotisme est au top ahaha ! Merci encore une fois!

Sophany · 4 mars 2016 à 8 h 14 min

Merci beaucoup, j’ai énormément » riz », c’est plein de vérité et d’humour :D. Beaucoup de Khmer se reconnaîtront à travers ce texte 🙂

Nguon Veda · 14 janvier 2017 à 8 h 05 min

❤mon enfance ! Vrai a 99,9%.. la cuillère , le tricotin ! Les ban mi ( sandwich ) , watt , le sarong ! Aujourd’hui encore , je vis comme ça ! J’utilise casiment javais de keupeut ( couteau ) mes 4
Enfants , connaissent le tricotin alors qu’il n’ont ne sont pas encore en primaire ! Merci pour ce partage !

Déb · 8 avril 2017 à 9 h 32 min

J’adore ton article, il m’a bien fait marré
Je me reconnais dans beaucoup de choses, le coup de manger avec la cuillère j’étais morte de rire, c’est tellement vrai! J’habite dans une ville près de lyon où il n’a presque pas de cambodgiens, c’est cool de pouvoir lire ça
à la maison les crocs fluos ont remplacé les tongs à l’entrée, et quand mes potes viennent à la maison mes parents les poussent à les mettre haha
sinon avec mes cousins quand on était plus petits on flippait d’avoir de la cendre brulante sur les mains en plantant nos batons d’encens x)
aussi les desserts à la gelée parfumée aux plantes c’est la vie (la verte et blanche surtout -connaît pas comment ça s’appelle)
les barbecues avec les brochettes porc citronnelle #besteveeeeeeeeeer

Morioux Vincent · 7 juillet 2017 à 18 h 46 min

Franchement, même si mon frère on est 50% A brin et 50% akhme(r), on c’est reconnus dans plus de 70% de ton poste et on à énormément « riz » et je voudrais rajouter :
-Chaque membre de ta famille, que tu les vois peu ou souvent, t’offre toujours un petit billets de 5€, 10€ voire 20 €, hors Noël et Jour de l’an bien sur (enfin c’est mon cas ^^’)

Ketsakin YOU · 26 août 2017 à 19 h 19 min

C’est ma fille qui m’a parlé de ce post et la première fois que je l’ai lu j’ai bien rigolé. Bien sûr,il y a quelques oublis mais l’ensemble est tellement vrai. Je revois mon enfance au Cambodge et celle que j’ai fait vivre à mes enfants ici en France, avec les commentaires des aînés, parents ou oncles et tantes.
J’ai lu parmi les commentaires qu’il y avait une fierté d’être Cambodgien d’origine et je voudrais que ce sentiment soit mis en exergue. Trop de choses contribuent à diluer cet atavisme.
Ceux qui lisent ce post témoignent de la curiosité si ce n’est de l’intérêt pour un petit pan de notre culture et je les remercie, comme je te remercie, mon cher Chris, pour avoir pondu cet essai.

Le Blog du Voyage | Comme un retour à Paris · 1 août 2017 à 6 h 11 min

[…] Les connaissances d’un autochtone parisien – un QG, de bonnes adresses de restos, des lieux de tranquillité, des îlots de verdure et/ou de paix, les meilleurs horaires pour prendre la ligne 13 et y avoir une place assise – couplées au fait d’avoir le temps et l’envie de ne faire que me balader dans la ville, m’auraient également conduit à la terrasse du café éphémère du Musée Cognacq-Jay où j’aurais passé beaucoup, beaucoup de temps à lire des bouquins dénichés à Gibert Jeune ou dans l’une des centaines de petites librairies de quartier de la ville. J’aurais déjeuné et dîné dans mon restaurant afghan préféré – le Buzkashi, une merveille – ou j’aurais retrouvé mes racines au Tricotin – QG culinaire d’une bonne partie de la diaspora cambodgienne. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *