logo bivouacDirection : le Grand Bivouac d’Albertville !

Trois jours de Festival, trois jours où plus de 11 000 personnes viennent des quatre coins du monde pour parler de voyage, parler d’errances, de paysages, de peuples, de souvenirs et d’expériences.

Des exposants qui viennent présenter leurs produits, panneaux solaires, littérature voyageuse, magazines, des odeurs et des épices pleins les yeux, dans l’air, qui viennent caresser la peau et l’imaginaire. De grandes tentes, comme pour bivouaquer avec de parfaits inconnus, les tutoyer, rire en découvrant qu’on a mis les pieds dans les mêmes coins, sur le même territoire, sur la même Terre.

Et des chaussures de marches qui partent à la conquête d’Albertville, où tombent aujourd’hui les premiers flocons de neige. Une tartiflette géante sur la Place de l’Europe, cuisinée dans une poêle de deux mètres de diamètre ; et son odeur, qui se mélange aux bières, crèpes, chorba, clopes et narguilés de la rue. Des totems, et des drapeaux tibétains, accrochés entre les lampadères d’Albertville. Des chocolats indiens, des épices sud-américaines, un thé vert à la menthe et des bonnets samis, s’entrecroisent dans un joyeux bordel.

Trois jours durant lesquels des conférenciers de tous âges – de18 à 81 ans – viennent partager un bout de leur vie, un bout vécu « à l’étranger », qu’ils essaieront de nous rendre familier le temps d’une projection, le temps d’une discussion, d’un débat, d’un film. Le public, les intervenants, les passants, portent à eux tous l’intégralité du catalogue du Vieux Campeur.

Et il y a des touaregs, dans leurs habits de tous les jours, bleus, beaux, chantants, racontant leur pays, ou vendant leurs colliers, bijoux, célèbre artisanat coloré. Il y a l’Equateur, le Ladakh, bavardent autour d’une saucisse bien savoyarde et rient des mêmes surprises. Les pépites sont nombreuses et souvent, un petit bout de tissu, un idiome étranger saisi au vol, un goût particulier, suffisent à rappeler un souvenir de voyage, comme si des centaines de petits bouts de madeleines proustiennes se baladaient à Albertville le temps d’un festival.

2012 : Voyage vers les hauteurs. C’est le thème de cette édition – la onzième, déjà.

Et des films, à foison, sur la Scandinavie, sur le Sikkhim, le Triangle d’Or, Dracula, ou Potosi. Des photos, un piano qui vadrouille à l’étranger, des mecs à poil qui prennent la route en rigolant, – et les Mentawai, les Nenets, les Kichwas, le Pamir, le Tarap, Qhapaq Nan, et des noms improbables dont on entraperçoit la chair pendant quelques minutes, téléportés dans la voix des conférenciers, portés par leurs images extraordinaires.

Un beau festival qui vient de commencer.


Chris

Journaliste indépendant

6 commentaires

OUSTRIC Bernard · 1 novembre 2012 à 3 h 58 min

Je vois qu’après avoir bourlinguer à travers le monde, ta passion de journaliste voyageur, toujours désireux de découvrir d’autres lieux, d’autres gens, d’autres cultures, tu te passionnes toujours pour de nouvelles rencontres et tu as de quoi faire à Albertville.
Bonne continuation cher Christopher,
Amitiés zellidjiennes
Bernard

Mélissa · 1 novembre 2012 à 19 h 58 min

Mais pourquoi je suis au courant par après de ce genre de grand messe? ^^ Qu’en as-tu retiré, Chris? C’était ta première édition?

Chris · 30 novembre 2012 à 12 h 47 min

Non, c’était la troisième fois que j’y allais et ce que j’en ai retiré, ce sont surtout de très, très, très belles rencontres humaines !

Le Blog du Voyage — Trois jours au Grand Bivouac, Festival du ... | Ecobiz tourisme - club euro alpin | Scoop.it · 27 octobre 2012 à 16 h 42 min

[…] … les Nenets, les Kichwas, le Pamir, le Tarap, Qhapaq Nan, et des noms improbables dont on entraperçoit la chair pendant quelques minutes, téléportés dans la voix des conférenciers, portés par leurs images extraordinaires.  […]

Le Grand Bivouac #2, les bloggeurs de voyage | Blog YourPhotoTravel, une fenêtre sur le monde ! · 5 décembre 2012 à 10 h 32 min

[…] jours au Grand Bivouac, Festival du Voyage  « Des exposants qui viennent présenter leurs produits, panneaux solaires, littérature […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *