Suite de mon voyage à Sapporo (Hokkaido)

Après avoir visité le festival de la neige de Sapporo, nous sommes allés dîner au Elm Garden – un restaurant luxueux affichant trois étoiles au guide Michelin japonais, construit autour d’un énorme jardin de 3300 m² absolument superbe. Le repas consistait en un Kaiseki typique d’Hokkaido, c’est-à-dire une succession de petits plats / de bouchées créés avec les produits de saison de l’île, eux-mêmes mis-en-valeur et portés par des ingrédients venus du reste du Japon. Le tout, avec une superbe vue sur le jardin hivernal – au Printemps, les convives pourront admirer la floraison des cerisiers, tandis qu’à l’automne, le spectacle des feuilles dorées, rougeoyantes et orangées dansant dans le vent au coucher du soleil ravira les plus blasés.

Si vous en avez les moyens (115 € par personne tout de même pour le Kaiseki du chef), l’expérience est intéressante. Sachez cependant que j’ai été légèrement déçu gastronomiquement parlant : les ingrédients étaient fantastiques (Fugu, bœuf de Kobe, etc) mais, à titre personnel, j’ai trouvé que le mélange des saveurs cachait plus qu’il ne sublimait le goût des aliments. Une grande attention était portée à la texture des petites bouchées ; mais le goût restait souvent, étonnamment, uniforme.

Elm Garden avis sapporo

Ce qui est assez frappant avec la cuisine japonaise, c’est l’attention portée à la texture des aliments. Au resto Elm Garden à Sapporo, le chef a entouré du filet de bœuf wagyu (un mets exceptionnellement tendre) avec de l’algue Makombu d’Hokkaido, le tout enrobé dans une très fine panure. Ca craque et ça croque puis ça fond dans la bouche, l’engrenage de sensations déroulant le tapis rouge au beurré incomparable du wagyu.

Hokkaidō-jingū (sanctuaire shinto) et montagnes enneigées de Sapporo

Le lendemain, nous sommes allés faire un tour au Mont Okura pour avoir une vue sympa sur la ville (photo dans l’article précédent), depuis le Ookurayama ski jump (un complexe de saut à ski), auquel nous avons accédé en télésiège. Après s’être rebellés devant le programme (la visite du musée olympique ne nous intéressait pas vraiment), nous sommes allés faire un tour sur les pistes de ski de Bankei, toujours étonnés de se voir offrir la possibilité de skier sur 17 pistes à seulement 15 minutes en voiture d’une ville grande comme Paris, dans un centre ouvert jusqu’à 22h (petit regret de ne pas avoir pu skier de nuit). Les écoliers de Sapporo skiaient là comme moi j’allais courir sur une piste d’athlétisme pendant mes classes d’EPS ; et nombreux étaient les touristes asiatiques à prendre des cours pour la première fois (Hokkaido est la destination la plus proche pour tous les Asiatiques et Australiens souhaitant pratiquer les sports d’hiver). On apprendra également que 36 ours (c’est précis) se baladent autour de la ville de Sapporo – la pauvre Cannelle doit bien rire devant la frilosité de certains Français à voir un seul ours traîner dans les Pyrénées …

Ensuite, nous voilà partis vers le Maruyama de Chūō-ku pour visiter le Hokkaidō-jingū, un très beau sanctuaire shinto consacré à quatre divinités (kami) dont l’âme de l’empereur Meiji – celui qui a fait sortir le Japon de ses frontières pour aller à la conquête du monde (et en profiter pour coloniser la Chine, la Corée et Taiwan) et qui, pour la première fois, a vaincu une puissance européenne (guerre russo-japonaise de 1905). Pour la petite histoire, ces succès ont d’ailleurs contribué à alimenter le fantasme du fameux « péril jaune » en France et en Europe.

To be part of a Shinto ceremony is a rare privilege that we've had the chance to have. It is hard to describe the sounds, the feeling, the atmosphere of such a moment; but what struck me the most was the youth of the people officiating the ceremonial, who looked like high school students. More than 100 millions of Japanese people consider themselves as Shintoists – which is not incompatible with being Buddhist or even Christian. We could maybe sum it up by saying that any Shintoist believe strongly in the fact that he is part of something greater – call it Nature, Society, Nation, Universe if you want, but it actually doesn't take any words. If you're interested in Japan, I believe you should definitely look into Shintoism. This picture was taken at Hokkaidō-jingū, in the Maruyama park. If you ever go there (or in any Shinto temple), don't do like these Chinese turists and respect the traditions : you shall not enter the temple by the main door, for it is reserved for the deities. Use the side doors or, if you really want to walk the path of gods, walk sideways. #Hokkaido #Sapporo #Shintoism #religion #japan #travel #nature #japantrip #japanfocus #japanstyle #ilovejapan #explorejapan #traveljapan #japangram #loves_nippon #wow_nihon #ひがし北海道 #Maruyama #HokkaidoJingu #japanese

Une publication partagée par Christopher Chriv (@christopherchriv) le

Hokkaidō-jingū

Il y a environ 100 000 sanctuaires shinto au Japon – et j’ai été très ému d’en visiter un pour la première fois. Traditionnellement, la visite commence par un rite de purification : après s’être incliné devant le torii marquant l’entrée, il est d’usage de se diriger vers une petite fontaine (chōzuya) pour se laver les mains et se rincer la bouche, à l’aide d’une louche dédiée (hishaku). La purification (o-harai) permet aux visiteurs de se présenter devant les divinités exempt de toute souillure. A l’intérieur, il était également très émouvant de voir les omikuji – des divinations qu’on tire au sort et dont les Japonais sont très friands. Si vous voulez tout savoir, il paraît que je suis quelqu’un d’extrêmement chanceux … Je suis plutôt d’accord, d’autant que nous avons ensuite eu le privilège – rare pour un étranger – d’assister à une cérémonie shinto, que je garderai jalousement pour moi.

Comme je le dis dans la légende de la photo Instagram: si, un jour, vous allez visiter un sanctuaire shinto, ne faites pas comme ces touristes chinois. L’entrée principale est réservée au passage des divinités. Si vous tenez absolument à pénétrer par le même chemin qu’eux, passez sur les côtés, en frôlant le plus possible les gonds, à moins que vous ne vous considériez vous-même comme digne d’être un dieu.

Parc Moerenuma

Enfin, après une visite au très intéressant Musée d’Hokkaido qui nous a permis de comprendre un peu plus l’identité unique d’Hokkaido, le dernier endroit que nous avons eu l’opportunité de visiter fut le Parc Moerenuma – conçu par le célèbre designer Isamu Noguchi. L’idée de ce parc était de mêler art moderne et éléments naturels ; « sculpter la terre » et, en n’utilisant que des formes géométriques simples, mettre en valeur la beauté de l’environnement. Les œuvres d’art qui parsèment le parc (pyramide de verre, forêt de cerisiers, plage de Moere, Tetra Mound …) ne sont pas là pour « embellir » un endroit qui se suffirait à lui-même : il s’agit plutôt d’un dialogue, entre deux réalités, qui prend place en usant le visiteur comme un medium.

Nous n’avons malheureusement pas eu le temps de faire le tour du parc et d’aller voir chacune des œuvres ; à la place, nous avons préféré en profiter pour chausser des raquettes et nous balader. Nous aurions pu choisir de faire du ski nordique ou du patin et, pour ceux qui se laisseraient tenter par une balade en plein air au milieu d’un superbe environnement et d’œuvres d’art, il est possible de louer du matériel de sports d’hiver (raquettes, ski, bottes, etc) dans la pyramide de verre (Hidamari), qui renferme également un centre d’exposition / galerie d’art, un restaurant, et un magasin.

parc Moerenuma

Le Mont Moere du parc Moerenuma

Mon avis sur Sapporo

Excellente base pour prendre le pouls du Japon avant de partir explorer les contrées plus sauvages du reste de l’île, l’existence même de Sapporo me donne à penser que Hokkaido est une destination idéale pour un premier voyage au Japon. Sapporo, c’est la cinquième ville du Japon – mais elle reste bien moins intimidante que la tentaculaire mégalopole Tokyoïte. Les quartiers intéressants sont plus marqués, moins éclatés, et on a rapidement fait le tour des principaux endroits « à voir ». Toutefois, une exploration plus poussée révèlera rapidement des centaines de bonnes adresses – de restaurants, de cafés sympas, d’activités culturelles, d’expositions, de poumons verts, qui vous surprendront à chaque fois. Ca ressemble plus à Lyon et à Bordeaux qu’à Paris ou Marseille ; plus à Montréal qu’à New York.

D’ailleurs, un peu comme au Québec, l’été devient très vite la saison des festivals – et la musique est alors partout à Sapporo, notamment le Jazz. Les grandes brasseries et les brasseurs artisanaux s’installent dans le parc Odori, aux côtés de cafés en plein air et de petits stands de nourriture. Le climat y est alors beaucoup plus supportable que dans le reste du Japon, l’air plus frais et moins humide, contrairement à la chaleur étouffante qui règne dans le reste du Japon en été. Il faut garder à l’esprit que le climat d’Hokkaido est très différent du reste du Japon : d’ailleurs, la saison des cerisiers commence ici plus tardivement, fin-Avril début-Mai – idéal pour ceux qui trouvent que les billets d’avion vers le Japon deviennent trop chers à la mi-Avril. A Sapporo, les lieux d’observation des Sakuras en pleine nature, sur les montagnes environnantes, ne manquent pas.

Néanmoins, c’est en Automne que j’aimerais le plus revenir ; lorsque les montagnes autour de la ville prennent leurs couleurs flamboyantes.

Bref, si vous aimez le Japon, la gastronomie, les boutiques souterraines, et voir des spectacles artistiques un peu bizarres, Sapporo est faite pour vous. Si vous préférez la nature, elle ne sera qu’à une dizaine de minutes en voiture du centre-ville – et si vous aimez les grands espaces plus sauvages, c’est de Sapporo que partent toutes les routes et toutes les lignes qui vous amèneront vers certains des endroits les plus sauvages du Japon, à découvrir dans mes prochains articles.

Catégories : BlogJapon

Chris

Journaliste indépendant

4 commentaires

What · 24 mars 2018 à 14 h 44 min

Très bel endroit. merci

Visiter Sapporo en hiver = neige, sculptures de glace, et cérémonie du thé (1/2) – Le Blog du Voyage · 21 mars 2018 à 9 h 22 min

[…] [Lire la suite de mon voyage à Sapporo / Hokkaido] […]

Sapporo pratique : meilleures adresses et guide du visiteur (3/3) – Le Blog du Voyage · 27 mars 2018 à 9 h 20 min

[…] une jolie vue sur la ville 4. Le Jardin botanique (et ses 4000 espèces végétales endémiques) 5. Hokkaido-Jingu (sanctuaire shinto), superbe lors de la floraison des cerisiers parait-il 6. Moerenuma-koen (le […]

Sapporo en hiver: festival de la neige et cérémonie du thé | Blog Voyage · 6 mai 2018 à 11 h 45 min

[…] [Lire la suite de mon voyage à Sapporo / Hokkaido] […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *