"Les Cavaliers" - Jospeh Kessel

Lire ! Mais à quoi bon ? Pourquoi prendre le temps de lire, lorsqu’on voyage déjà ?

Lire – à trop s’évader dans un territoire inconnu, on finit par s’y laisser perdre. Comme un sentiment de détresse, le sentiment de perdre ses repères et de perdre pied. C’est ça qui est bon, c’est ça qui permet de s’évader, d’explorer, d’aller coller sa tête contre l’infini. Mais parfois, on ressent aussi le besoin de retrouver pied, même un petit moment.

Remettre le pied dans un environnement culturel connu, ça fait du bien – retrouver Paris, les bourgeois et les clochards, retrouver un fromage et un vin qui sentent la plume et l’encre, ça fait du bien. Surtout lorsqu’on vient de passer trois semaines à bouffer du riz blanc.

Mais remettre le pied dans un beau livre, c’est aussi remettre les yeux dans les jolis mots des choses. Un exercice indispensable pour ne pas perdre la langue, et continuer à limer ses lettres au contact d’un esprit fin.

Alors, quel livre devrais-je embarquer avec moi ? Quel livre me permettrait de faire la guerre à la nostalgie et à la mélancolie, tout en me servant de pierre à aiguiser pour ne pas perdre le fil du Français ?

Un Proust ? Un Céline ? Un Camus ? Le Petit Prince ? Belle du Seigneur ? Alexandra David-Néel ? Eluard ? Zazie dans le métro ? Les Cavaliers de Kessel ? Un Zola, pour arriver à trouver un style qui me permettra de décrire au mieux les réalités sociales de mon époque ? De la poésie ?

Ma première envie a été de prendre Voyage au bout de la nuit, mais je me dis que ce serait un peu trop noir pour un tel projet … Le Petit Prince est trop court, Les Cavaliers risquent d’enchaîner mon esprit à l’Afghanistan, Belle du Seigneur est trop gros.

Allez savoir pourquoi, mais si je devais partir demain, je pense que j’embarquerais avec moi l’Ecume des jours.


Chris

Journaliste indépendant

8 commentaires

Gaby · 6 mars 2011 à 14 h 57 min

Dur de résister pour ne pas rajouter un sac plein de bouquins !
Comme manuel de voyage / de vie, je te conseillerais Le Funambule, de Jean Genêt… Et puis c’est un tout petit livre qui ne pèsera pas bien lourd.
(Quoique… Relire le passage de Zazie qui veut s’acheter des bloudjinnzes, ça n’a pas de prix !)

Pierre Girardot · 15 juillet 2011 à 5 h 47 min

As-tu considéré l’achat d’un livre électronique ? Après 14 mois de voyage à abîmer des livres dans le fond de mon sac sans compter leur poids. Je crois que le Kindle et ma solution. Léger, 1 mois d’autonomie, super confort de lecture et si tu recherches des classiques, tu les trouvera à télécharger gratuitement. Ce qui m’a séduit, c’est aussi l’offre 3G gratuit worldwide avec le navigateur web: Quand tu passes des heures à chercher un wifi open en te promenant avec ton ordinateur dans la rue car les cybers coûte trop cher, tu verras très vite l’intêret du kindle. Maintenant je n’ai qu’à sortir mon kindle, utilisé le 3G si disponible ou trouver bien plus discrètement un wifi disponible. gmail et google map fonctionne bien, tu peux accéder à tes notes online via evernote… En plus d’être un livre ,c’est un super outil pour voyager et tu économiseras car même 5 min pour voir si tu as des mail, un cyber te fera payer…

Sinon pour le livre à emporter, « terre des hommes » de st Exupéry est magnifique…j’ai eu la chance de trouver une version franco-russe dans une guesthouse au Kirghizstan 🙂

    Chris · 19 juillet 2011 à 17 h 58 min

    Salut Pierre ! J’ai bel et bien considéré cet achat mais … Je le repousse à plus tard, tout simplement à cause de contraintes budgétaires. Mais à part les guides de voyage, ce n’est pas tant pour les livres électroniques que pour surfer sur le web sans avoir à se trimballer le portable sur le dos. Faudra que je fasse des tests – mais pour revenir aux livres, je préfère quand même de très, très très loin la sensation d’avoir du papier entre les mains, me caler dans un canapé / fauteuil et me laisser bercer par les mots. C’est vraiment pas pareil avec un truc électronique, je m’envole et me repose beaucoup moins facilement. Je vais essayer de chercher Terre des Hommes dans une guesthouse argentino-kazakh !

Laure · 19 août 2011 à 15 h 06 min

Je suis adepte du « j’achète un bouquin sur place dans la langue du pays si je la parle » 🙂 en Inde en tous cas, c’est ce que je ferai (en plus du tome 5 du Trône de fer en anglais) 🙂

    Chris · 28 août 2011 à 12 h 21 min

    Aaaaaaah, mais c’est trop bien le Trône de Fer, je suis en train de remuer ciel et terre pour les trouver au Chili ! Sinon je fais la même chose en fait, j’ai du Neruda dans mon sac en ce moment (vu que je suis à Valparaiso) mais j’aime bien avoir un compagnon fixe … Et je n’ai toujours pas trouvé lequel !

Maëlle · 23 août 2011 à 3 h 14 min

Nicolas Bouvier, A. Schwarzenbach…

    Chris · 28 août 2011 à 12 h 28 min

    Assez étrangement, je ne me sens pas emporter avec moi un livre de voyage pour voyager … Je préfère garder les livres de voyage lorsque je me sédentarise (pour avoir l’impression de partir éternellement) et un livre « sédentaire » lorsque je voyage (pour avoir un semblant de cadre et de stabilité).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *