banlieue parisienne, vue de ma chambre

[coupdegueule]

Après avoir écrit 77 raisons qui me laissaient penser que Paris était la plus belle ville du monde, voilà que je commence à descendre de mon nuage.

Dix mois que j’y suis. Déjà. Dix mois. J’avais pensé qu’il s’agissait d’une escale entre deux voyages et m’y voilà pris au piège, entre deux reportages et une amoureuse dégotée à l’improviste, qui vous tombe du ciel comme on tombe sur un bateau qu’on attend au port depuis belle lurette.

Paris, c’est chouette, ça brille ça bouge et ça danse à tous les coins des sens. Mais, ça y est, je commence à y étouffer. A retrouver cette sensation étrange, cette certitude que j’y ai ma place, mais que je n’appartiens pas encore à cet endroit.

Parce qu’on y voit pas l’horizon. Parce qu’on y respire mal. Parce que les piétons sont désagréables et qu’il y fait un froid terrible. Parce qu’il n’y a pas d’étoiles dans le ciel et que les nuits sont glauques, tristes et hantées par les noctambus et les noctambules ivres morts.

Parce qu’à moins de passer par un site spécialisé, trouver un logement à Paris est proche de l’impossible. Un studio dans le centre de 10m2 pour 500 €, des hordes de postulants à chaque visite, des coups bas et des placards à balais pour une somme astronomique – et le sentiment qu’on est en permanence rejeté. Peut-être que je finirai par faire comme un touriste dans ma propre ville, et louer un studio pas cher dans la capitale le temps d’une semaine, d’un mois, entre deux balades où j’irai prendre de l’air et des infos.

J’ai besoin d’avoir un quelque part où poser mon ancre. D’un port d’attache où planter mes clics et mes clacs, où caser mes livres et mes longs souvenirs, et mes pantalons troués et mes vieux billets étrangers déchirés. Peut-être que j’ai trouvé quelque chose qui y ressemble mais, pour le moment, rien n’est à moi, et ça me manque.

On dit que le sac-à-dos du voyageur est comme sa maison. C’est probablement vrai ; reste que, pour l’instant, ma maison tiendrait dans mon sac-à-dos. Ça me permet de quitter Paris pour aller parler à des gens dans la rue sans qu’ils ne fuient. D’aller tremper les pieds dans l’eau sans me soucier d’un mec qui voudrait piquer mon sac. De marcher d’un bout à l’autre sans avoir à m’entasser dans un métro. Décoller à l’arrache, d’un jour à l’autre, sans forcément prévenir ou prévoir – libre de travailler où bon me semble. Mais cette liberté, putain, elle est effrayante et commence à me faire peur, elle aussi. Comme un saut dans le vide qui se prolongerait encore, encore et encore, sans pouvoir toucher le sol, sans savoir s’il s’agira d’un crash ou d’un atterrissage en douceur pour, une nouvelle fois, redécoller, repartir.

J’aime Paris – mais j’ai comme envie de la quitter encore, et pour longtemps. Probable que j’appartienne, encore, aux trajets en bus, aux routes, aux chemins de traverse et aux sentiers virevoltants. Pas sûr que cette bougeotte soit enviable ou même saine mais, bordel de nouilles, j’en ai marre des voitures, j’en ai marre de l’odeur et des sons qui voyagent avec moi dans la ville, j’en ai marre des pistaches et des picotins dans les yeux, j’en ai marre de passer mes journées assis, j’en ai marre d’avoir des choses en face de moi sans bouton « stop ». Marre de ne pas pouvoir trouver un seul endroit où le silence, et la paix, règnent autour de moi. Marre, de ne plus avoir le temps de marcher.

[/coupdegueule]


Chris

Journaliste indépendant

16 commentaires

Curieuse Voyageuse · 7 mars 2013 à 4 h 36 min

Ah ah ah, ça doit faire du bien quand tu l’écris…
Relis donc tes 77 raisons d’aimer la ville et ça ira mieux 🙂
Aucune ville ou même pays n’est juste parfait. Il y a des plus et des moins dans toutes les situations, très bateau ce que je te dis là, mais très vrai.
Allez un plus de plus: on s’y boit un verre très vite !

    Chris · 9 mars 2013 à 8 h 47 min

    Ouaiiis, un verre, bientôt ! Merci Lili 🙂

    Windel · 8 février 2018 à 6 h 30 min

    Bonjour,
    Après la neige et ce matin il règne une ambiance de calme inattendu dans la capital.
    Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas la neige ou le froid qui « absorbe » le bruit. Pas du tout. C’est la quasi absence de motos et scooters.
    Car, le niveau sonore de certains de ces engins est bien supérieurs aux voitures !
    Le bruit: l’autre pollution à l’origine de nombreuses névroses.
    Notons qu’elles sont dans l’illégalité car le Code de la Route fixe un niveau maximum de bruit pour ces engins. Mais la loi est bafouée à tout les carrefours de la capitale, de jour comme de nuit.
    Lutter contre le bruit strident, agressif de ces motos et scooters c’est lutter contre la violence routière et c’est donc faire du bien à la population de la ville.
    Qu’on se le dise, il n’y aura pas de progrès sans réduction sérieuse du bruit de ces engins.
    Merci pour votre attention et toute action que vous entreprendrez en ce sens.
    Daniel W.

Piotr · 8 mars 2013 à 19 h 45 min

Coup de blues, coup de barre.
Pars quelques jour respirer ailleurs.

    Chris · 9 mars 2013 à 8 h 47 min

    Tu m’as donné l’idée de mon prochain article, Piotr !

Sylvain · 16 avril 2013 à 12 h 11 min

Hello !

Je comprends ton coup de gueule, bien qu’ayant vécu à plusieurs endroits, je suis originaire de Limoges et je dois avouer que la verdure et le silence, ça manque 😉

By the way, choisis bien l’endroit où tu pars si tu ne veux pas croiser trop de piétons parisiens pendant les périodes de vacances, j’ai vu passer ça il y a quelques jours : http://www.homelidays.com/edito/ou-partent-les-parisiens-en-vacances.html

Meng · 23 avril 2013 à 14 h 29 min

C’est vrai qu’avec la diversité des évènements sur paris et le rush que cette dernière connait à chaque fois , il est de plus en plus difficile de se loger si l’on veut s’y rendre pour quelques nuits . Et ça l’est encore davantage pour les petites bourses .il existe néanmoins des hôtels pas cher et qui, de plus, se trouvent au cœur de paris, c’est le cas de l’hôtel Paris Saint Honore de la rue Penthièvre, c’est dans le 8 ème, très proche de l’avenue des champs Élysées, du palais de l’Élysée, de l’arc de triomphe, enfin de pas mal de grands monuments parisiens. l’architecture du bâtiment, sa convivialité (car il a l’avantage d’être de ces rare petits hôtels cristallisant l’âme de paris et sa nostalgie ) font que je le conseille vivement, je séjourne toujours dans cet hôtel quand je vais à paris, et en plus, qu’on on devient un habitué, ce qui est mon cas, on a droit à des super promos, des prix encore plus bas, des formules très avantageuses, enfin bref, je suis très content de cet hôtel et je le conseille sans réserve à qui veut se rendre sur Paris.

Eloïse · 21 mai 2013 à 11 h 36 min

Le problème c’est que ce soit Paris ou une autre ville, y’a pas mal de raison qui te font détester généralement ta ville car on pense que c’est mieux ailleurs … Peut-être que c’est la routine la cause du ras de bol …

David · 12 juin 2013 à 11 h 13 min

Je me disais bien que tu ne pourrais pas adorer cette ville bien longtemps. La vie à Paris n’est pas toute simple! Pourtant je suis parisien et j’aime Paris mais… pas y vivre.

Thibaut ProfiterduMonde · 25 juillet 2013 à 8 h 26 min

Ah je te comprends tellement ! C’est en partie pour toutes ces raisons que j’ai décidé de quitter Paris !
C’est un très belle ville, mais la météo est horrible, la vie extrêmement chère et les gens tellement désagréables… Une qualité de vie assez faible mais une richesse énorme sur pas mal de points…

Christophe · 9 août 2013 à 15 h 30 min

Je ne suis pas resté assez longtemps sur Paris pour en avoir marre de cette ville, bien au contraire ! Quand j’y vais c’est toujours pour de courts séjours et je ne m’en lasse pas tellement cette ville est magnifique … mais je peux comprendre aussi ton raz le bol 🙂

mathieu · 16 janvier 2014 à 20 h 51 min

j’espère que c’est suite à un gros coup de colère cette histoire du placard à balai de 10 m2 à 500 euros par mois ! déjà j’aimerais vraiment voir comment ça peut exister un studio aussi minuscule, ça veut dire que le wc est sur le palier comme il y a 100 ans ? c’est comme les chambres de bonnes du 19e siècle ? sans cuisine ni salle de bain ? J’ai déjà entendu qu’il y a des énormes arnaqueurs chez les proprios parisiens mais là ça bat tous les records !!! pour trouver un appart correct je pense qu’il faut choisir une bonne agence, moi j’ai pu avoir un 45 m2 avec une place de parking et cave, oui le loyer est cher 820 euros par mois mais c’est seulement 300 euros de plus alors que c’est 4,5 fois plus grand que chez ton marchand de sommeil et même si je trouve le loyer trop cher ça me plait car j’ai un balcon au 12e étage où j’ai la vue sur toute la ville et j’aime bien voir la tour eiffel qui clignote toutes les heures le soir, je pense que trouver un bon appart c’est comme pour trouver un bon boulot, et une bonne agence c’est comme un bon patron finalement, alors bon courage et ne désespère pas, puisque moi aussi je suis d’ailleurs et j’ai pu trouver quand même

sweety · 22 novembre 2016 à 15 h 43 min

je me joint à vous aussi , je suis épuisée de cette ville , je regrette d’être venue dans cette ville.
cependant, elle reste une jolie ville culturelle ouverte……

Blog du Voyage — Je ne sais pas où aller ! Aidez-moi à choisir ma prochaine destination de voyage ! · 9 mars 2013 à 8 h 45 min

[…] mon dernier coup de gueule, Piotr et certains autres lecteurs m’ont recommandé une solution très simple: partir voir […]

Je ne sais pas où aller ! Aidez-moi à choisir ma prochaine destination de voyage ! « Mes idées VOYAGE · 16 avril 2013 à 10 h 18 min

[…] mon dernier coup de gueule, Piotr et certains autres lecteurs m’ont recommandé une solution très simple: partir voir du […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *