malacca georgetown

le 9 août 2010

Chers tous,

Après une heureuse semaine gersoise, je suis arrivée à Singapour … pour en repartir quelques jours plus tard : j’ai fait un saut malaisien pour aller visiter Georgetown sur l’île de Penang, la « Perle de l’Orient ».

Georgetown fut un temps le centre administratif de l’Empire britannique dans le détroit de Malacca, avant que Singapour ne prenne davantage d’importance, et il reste de l’époque britannique de grands bâtiments officiels à la blancheur coloniale et une église anglicane elle aussi nommée après Georges III. Une promenade à travers les rues de Georgetown transporte le visiteur dans une multitude de cultures différentes, témoins de sa situation à la croisée des chemins commerciaux asiatiques. J’ai donc retrouvé avec délice les chapatis au curry dans les rues de Little India, sur fond de musique bollywoodienne, à côté du temple hindou d’où s’échappe une fine fumée d’encens. Les rues de Chinatown sont, elles, parsemées de « kongsi », ces maisons-temples pour les clans chinois où l’on rend un fervent culte aux ancêtres à grand renfort de bougies et d’offrandes, dans un décor chargé de dragons et de lampions, sous des toits de tuiles vernies. Sans parler des nombreuses mosquées, églises catholiques, petits temples bouddhistes birmans ou thaïs et celui malais, immense, installé sur un des monts derrière la ville et qui reçoit des flots de visiteurs généreux (Vous voulez participer à la construction d’une énième tour? Faites vous donc dédicacer cette petite statue vernie qui servira pour orner son toit!)

A travers toute la ville, ce sont les petites maisons peranakanes qui font le charme des ruelles peu passantes: la culture peranakanne, fruit de l’assimilation de la culture malaise par les migrants chinois du 16e siècle, est un heureux mélange de couleur et de matériaux exotiques. Des ruelles donc bordées de maisons colorées aux volets de bois sombre, parfois abandonnées à la végétation tropicale, parfois méticuleusement restaurées pour retrouver leur splendeur d’antan. Au bord de l’eau, le village de pêcheurs résiste encore à la modernisation du grand port et ses maisons sur pilotis laissent imaginer le Singapour du début de siècle.

Bon été à tous!

Mélanie

Catégories : ArticleRécits

1 commentaire

fabrice · 18 juin 2011 à 18 h 16 min

C’est une ville très sympa pour qui va en Malaisie. On y retrouve ce qui fait le charme de ce pays: le mélange des communautés indiennes, chinoises et malaisiennes!

Dommage, ca manque de photos!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *