Le Parc National de Daisetsuzan (« grandes montagnes enneigées » en Japonais) est le plus grand parc montagneux du Japon – un paradis pour randonneurs, amateurs de treks et de grands espaces sauvages s’étalant sur 226 764 hectares (soit dix fois la surface de la forêt de Fontainebleau, ou deux fois la Martinique). C’est aussi le premier endroit au Japon à voir les couleurs automnales (dès le mois d’Août) et la neige.

On y trouve 5 sommets dépassant les 2000 m, et Le parc national est généralement divisé en trois gros ensembles :

– L’aire Omote-Daisetsu, autour du Mont Asahidake (le plus haut sommet d’Hokkaido, qui culmine à 2 291 m)
– Tokachi-dake (qui offre une vue spectaculaire sur la chaîne montagneuse et les vallées de Biei et Kamifurano)
– Higashi-Taisetsu (entourée par les forêts primaires de Higashi et les lacs de cratère Shikaribetsu, Nukabira et Tokachimitsumata)

Les sommets montagneux renferment de spectaculaires gorges enneigées qui, en été, se mélangent aux couleurs vives de la flore alpine. L’endroit est célèbre pour son très riche écosystème, ainsi que pour la faune (Pika Japonais, ours bruns, cerfs Sika, papillons alpins, rouges-gorges sibériens, …) et la flore, dont de nombreuses espèces rares. Dès qu’on dépasse les 2000 m, le permafrost (un sol gelé en permanence) est partout. On y trouve aussi une petite chaîne volcanique active : c’est alors un drôle de spectacle que de voir un sol gelé se mélanger aux couleurs éclatantes des fleurs, des arbres et des montagnes avec, en arrière-plan, les vapeurs dégagées par les volcans.

De très nombreux treks (Juillet – Septembre), pour tous les niveaux, permettent de découvrir ce superbe parc ; mais les plus intéressants seront ceux qui s’étaleront sur plusieurs jours et qui s’enfonceront dans l’une des régions les plus reculées et les plus sauvages du Japon. Le plus célèbre trek est « la Grande Traversée de Daisetsuzan » qui vous permet, en 5-7 jours, d’aller de Asahidake (au nord) à Tokachidake (au sud). Vous bivouaquerez face à un océan forestier, doré par l’automne, entouré de champs de fleurs à perte de vue, dans le silence le plus absolu – et vous comprendrez pourquoi les Aïnus appelaient cet endroit « le terrain de jeu des dieux ». Un grand bol d’air au milieu des volcans actifs, que vous pouvez faire seul ou accompagné d’un guide. Sachez également que, tout autour du parc (et parfois même à l’intérieur), vous trouverez de très nombreuses sources chaudes (onsen) dans lesquels vous prélassez avant, après, ou pendant vos randos.

Bref, un paradis méconnu pour tout amateur d’air pur et de grands espaces.

Daisetsuzan

Vue sur le parc national Daisetsuzan

Daisetsuzan

Vue sur le parc national Daisetsuzan

Daisetsuzan

Vue sur le parc national Daisetsuzan

Daisetsuzan

Vue sur le parc national Daisetsuzan

Daisetsuzan

Vue sur le parc national Daisetsuzan

Daisetsuzan

Vue sur le parc national Daisetsuzan

Daisetsuzan automne

Daisetsuzan à l’automne, par Petr Meissner (Flickr CC)

Daisetsuzan automne

Daisetsuzan à l’automne, par Petr Meissner (Flickr CC)

Daisetsuzan automne

Daisetsuzan à l’automne, par Petr Meissner (Flickr CC)

Que voir dans le Parc National Daisetsuzan ?

1. Asahidake Onsen
Une station thermale qui fait également office de camp de base pour les nombreuses randonnées proposées dans le parc national, et de station de sports d’hiver. C’est l’endroit qui offre la plus longue saison de ski au Japon.

2. Mont Asahidake
Un cratère volcanique fumant. Le trek permettant d’atteindre le sommet dure 2h30 A/R, passe par des étangs d’un bleu incroyable, et offre de superbes vues sur les vallées et le parc national.

3. Observatoire Bogakudai
Pour une belle vue sur le Mont Tokachi et ses volutes de fumée.

4. Mont Tokachidake
Pour les amateurs d’alpinisme et d’escalade. Une ascension difficile.

5. Mont Tumuraushi
Idem, pour ceux qui aiment la pioche, les crampons, et la grimpe.

6. Mont Kurodake (Montagne noire)
On peut atteindre le sommet du Mont Kurodake par téléphérique, depuis Sounkyo Onsen. Une vue panoramique du parc national s’offrira alors à vous. Magnifique, surtout en Automne (qui commence fin Août au sommet, début septembre pour les 7-9e stations, et fin Octobre autour de Sounkyo). En été, vous aurez droit à la mer de nuages.

7. Sounkyo Onsen
Le camp de base le plus populaire pour les touristes (notamment chinois) qui veulent découvrir le parc national. Je ne recommande pas (voir mon avis plus bas).

8. Daisetsu Kogen Onsen
La randonnée qui part de là permet de marcher sur les traces des ours bruns, à travers les forêts primaires qui, en automne, se parent de leurs couleurs spectaculaires rouges/dorées/orangées/émeraude.

9. Nukabira Gensenkyo et le lac Nukabira
Un bel endroit, pour ceux qui ont le temps de faire un petit détour.

10. Mont Nipesotsu
La randonnée qui permet d’atteindre le sommet (2013m) est aussi l’occasion de voir de très nombreux pikas sauvages.

11. Lac Shikaribetsu
Le seul lac naturel du parc (les autres sont des lacs de cratère), entouré de forêts primaires. Une vue superbe en toutes saisons.

Asahidake Onsen: blizzard, randonnées et sources chaudes

Asahidake est un petit village composé d’une douzaine d’hôtels, d’un visitor center (qui loue du matériel), et d’une station de téléphérique dans laquelle vous trouverez un restaurant et une petite boutique.

Hotel Bearmonte Onsen

Onsen privé, Hotel Bearmonte

Asahidake Onsen en hiver

Asahidake Onsen en hiver

Entree Bearmonte

Entrée de l’hotel Bearmonte

Asahidake Onsen

Asahidake Onsen

Asahidake Onsen

Aux alentours de Asahidake Onsen, des forêts et des plaines enneigées

C’est un coin vraiment charmant, en hiver comme en été, entouré par la nature et la forêt. Lorsque je suis arrivé à 14h, il n’y avait pas un chat ni dans les rues, ni dans l’hôtel que j’avais réservé ; tout le monde était dehors, profitant de la neige et des nombreuses opportunités de hors-piste que la montagne offre. Une couche de neige qui m’arrivait jusqu’aux genoux s’étalait sur les trottoirs de l’unique route du village.

Après avoir pris le téléphérique d’Asahidake, un trek de 2h bien balisé permet de rejoindre le sommet du Mont Asahidake. Cependant, j’y suis arrivé en plein blizzard et, malgré quelques tentatives pas du tout prudentes de balades en raquettes sur les sentiers enneigés, j’ai du faire demi-tour sans avoir vu grand chose d’autre qu’un épais manteau blanc. N’empêche – la vue sur le Parc National Daisetsuzan, depuis la cabine du téléphérique, valait le coup à elle seule. En été, l’arrivée du téléphérique (à 1600 m) se fait dans un paysage de toundra fleuri, couvert de mousse et d’herbe, sans aucun arbre à la ronde.

Toujours en été, il est possible de marcher du sommet de l’Asahidake jusqu’au sommet du Kurodake, puis de descendre à Sounkyo en téléphérique. Le trek – niveau avancé – dure une à deux journées suivant votre niveau, et peut se faire seul.

En fin de journée, quasiment tous les hôtels offrent la possibilité de se prélasser dans d’excellents onsens, certains à l’air libre, avec vue sur le Mont Asahidake et la forêt.

Mont Asahidake

Balade en raquettes en plein blizzard, sur le Mont Asahidake

Mont Asahidake

Un homme se balade en raquettes en plein blizzard sur le Mont Asahidake

Sounkyo Onsen: une grosse déception

Sounkyo (層雲峡, Sōunkyō) est un village touristique bien plus grand, et bien moins calme que Asahidake. Situé au nord du parc Daisetsuzan, le village est niché à flanc de montagne, entouré par ses falaises abruptes de plus de 100 m de haut, aux pieds du Mont Kurodake, dans une gorge qui aurait pu être époustouflante si elle n’avait pas été défigurée par les grands complexes hôteliers dans lesquels se déversent, chaque jour, des centaines de touristes chinois.

C’est là LE grand problème de Sounkyo – et de Hokkaido de manière général : les touristes chinois sont partout. Et ne respectent pas grand chose – ni le silence, ni la propreté, ni votre envie de prendre une photo sans avoir personne dans le cadre. Leur présence massive a également gonflé le prix des chambres d’hôtels – le tarif le moins cher que j’ai trouvé était de 93 € pour une chambre miteuse dans un hôtel mal entretenu, le pire rapport qualité/prix de ma vie. Néanmoins, j’étais là-bas au moment du Sounkyo Ice Waterfall Festival (Sounkyo Onsen Hyobaku Matsuri), très populaire auprès des touristes asiatiques et qui met en scène d’énormes bâtiments et sculptures de glace, exposés dans un canyon et illuminés par des lumières de toutes les couleurs. C’était un peu trop kitsch pour moi mais peut-être suis-je un peu trop blasé par ce genre d’évènement.

Sounkyo Onsen

Sounkyo Onsen

Sounkyo Onsen

Dans le centre-ville de Sounkyo Onsen, avec la vue sur le téléphérique / Mont Kurodake en arrière-plan

Sounkyo Onsen

Balade autour de Sounkyo Onsen

Le village reste néanmoins un camp de base intéressant pour partir faire des treks ou des randonnées en raquette autour du Mont Kurodake. Lorsque j’y suis allé, le téléphérique ne fonctionnait cependant pas, à cause de la force des vents et du blizzard – ce qui m’a causé une très grande déception car, parait-il, la vue depuis le sommet du Mont Kurodake est l’une des vues les plus spectaculaires du Japon, permettant de voir tout le parc national sur 360°, et même toute l’île d’Hokkaido en cas de visibilité exceptionnelle.

Sur place, on vous proposera d’aller marcher 3km pour aller voir des chutes d’eau. Honnêtement, je l’ai fait, et ça ne vaut pas le coup. Vous marcherez le long d’une route qui vous gâchera tout le plaisir que vous pourriez avoir à contempler le paysage.

Sounkyo est également une destination populaire pour observer les couleurs de l’automne, vers la mi-Octobre. C’est probablement à ce moment-là que le parc national est le plus beau.

INFORMATIONS PRATIQUES

Où dormir à Asahisake Onsen ?

Quasiment tous les hôtels disposent de sources chaudes. J’ai pris une chambre au DeerValley hotel (90 € – c’était la chambre la moins chère du village à cette période) qui n’en avait pas, mais donnait des tickets pour bénéficier gratuitement du fantastique Onsen de l’hôtel Bearmonte.

J’ai mis une fourchette de prix, car les tarifs varient en fonction d’énormément de critères (haute saison, fréquentation à un instant T, nombre de personnes …). Le plus simple est de faire une petite recherche sur Booking: encore une fois, au Japon, réservez le plus longtemps possible à l’avance (l’annulation est souvent gratuite), car les chambres les plus intéressantes partent très, très vite.

– Hotel Bearmonte (entre 7000 et 23 000 Y)
– ArtVillage Toki (18 000 Y)
– Daisetsuzan Sanso (4000 – 7000 Y)
– Shirakaba-so (auberge de jeunesse : 8940 Y)
– Lodge Nutapukaushipe (2500 – 8000 Y)
– LaVista Daisetsuzan (15 000 – 50 000 Y)
– Yukoman-so (11 000 – 32 000 Y)
– Hotel Deervalley (7500 – 21 500 Y)
– Grandhotel Daisetsu (6500 – 15 000 Y)

Hotel DeerValley, Asahidake Onsen

Hotel DeerValley, Asahidake Onsen

Vue chambre DeerValley

La vue depuis ma chambre (standard) au DeerValley Hotel

Transports vers Asahidake Onsen: comment y aller ?

La solution la plus simple est de prendre un bus à Asahikawa (qui, sur le chemin, passe par l’aéroport, +35min après le départ de Asahikawa Station). Voici les horaires (Fév. 2018), qui ne varient qu’assez rarement (les Japonais aiment la continuité) :

– Départ Asahikawa Station (Bus stop n°9) / Arrivée Asahidake Onsen
07h40 / 09h06
10h10 / 11h36
12h40 / 14h06
16h10 / 17h36

– Départ Asahidake Onsen / Arrivée Asahikawa Station
09h30 / 10h56
12h00 / 13h26
14h30 / 15h56
18h00 / 19h26

Coût du trajet aller simple : 1430 Y (achetez les tickets au Lawson, en face de l’arrêt n°9)

Transports vers Sounkyo Onsen: comment y aller ?

Idem : la solution la plus simple est de prendre un bus à Asahikawa, Bus Stop n°7. Les horaires (Fév. 2018):

– Départ Asahikawa Station (Bus stop n°7) / Arrivée Sounkyo Onsen
09h15 / 11h10
10h45 / 12h40
12h15 / 14h10
14h35 / 16h30
15h45 / 17h40
16h35 / 18h30
18h40 / 20h35

– Départ Sounkyo Onsen / Arrivée Asahikawa Station
06h20 / 08h15
07h45 / 09h40
08h40 / 10h35
10h55 / 12h50
13h30 / 15h25
15h40 / 17h35
17h30 / 19h25

Coût du trajet aller simple : 2100 Y (achetez les tickets directement dans le bus, à l’arrivée)

Catégories : BlogJapon

Chris

Journaliste indépendant

2 commentaires

Anaëlle · 4 avril 2018 à 5 h 45 min

Le Japon est ma destination de rêve par excellence, j’y vais pour la première fois cet été.
Je me renseigne comme je peux sur Internet et je ne sais plus ou donner de la tête tellement les paysages et activités sont diversifiés.
Ce parc national fera certainement parti de mon road trip, c’est juste trop beau et vu la saison durant laquelle je pars, j’éviterai les conditions météo hallucinantes que l’on peut voir sur vos photos ☺.

Voyage au Japon : à la découverte d’Hokkaido en hiver – Le Blog du Voyage · 29 mars 2018 à 12 h 02 min

[…] Kaiseki, Parc Moerenuma, et informations pratiques sur la ville (que voir, que faire, où aller) 4. Le parc national Daisetsuzan 5. Abashiri, Utoro, Shiretoko 6. Lac Mashu et Lac Kussharo 7. Le parc national d’Akan et Kushiro […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *