Le Chemin de Compostelle est une randonnée que j’ai toujours rêvé de faire. Pour certains, c’est le pèlerinage d’une vie ; un parcours initiatique au cours duquel le voyage intérieur compte bien davantage que sa destination. Pour d’autres, comme moi, c’est le chemin de randonnée le mieux balisé d’Europe et qui, sur plusieurs centaines de kilomètres, permet de traverser certains des plus beaux endroits de France.

Il y a un an, en Juin 2017, j’ai été invité par le gîte La Cabourne à marcher sur les premières étapes du Chemin de Saint Jacques de Compostelle. Auprès d’eux, je m’excuse d’avoir autant tardé à écrire ces articles – ma vie personnelle, chaotique, me prenait toute mon énergie. Auprès de vous, lecteurs, je m’excuse d’avoir autant tardé à vous faire découvrir un paradis pour randonneurs de tous âges et de tous niveaux – où l’on retrouve le goût du soi, des autres, de la simplicité de faire bonne chère, des échanges et du confort, pour retourner vers l’essentiel.

Je tiens à dire que j’écris ces articles en toute liberté. Que faire la promotion de La Cabourne n’est pas mon objectif : j’essaierai davantage de vous montrer comment de nombreux éléments se sont conjugués pour transformer trois petits jours de balades … En une décision qui allait affecter le reste de ma vie (voir prochain article).

Chemin de Compostelle Puy Velay Saint Privat

Chemin de Compostelle: du Puy en Velay jusqu’à Conques

Lorsque j’ai accepté de marcher sur les premiers kilomètres de cette légendaire randonnée de 1 530 km, j’étais au Canada, au milieu de la nature. Le retour à Paris a été violent ; et je n’étais que trop heureux d’aller au Puy-en-Velay.

Saint Jacques de Compostelle : comment choisir son chemin ?

Comment choisir son point de départ, son itinéraire, pour faire le chemin de Compostelle ? Pour ma part, je n’ai pas eu le choix: La Cabourne se trouve à Saint-Privat-d’Allier, première étape du chemin qui part du Puy-en-Velay (Via Podiensis). Je ne peux donc pas me prononcer sur les chemins qui partent de Paris (via Turonensis), du Vézelay (via Lemovicensis), ou d’Arles (via Tolosana) – et je me contenterai donc de répéter ce que m’ont dit les guides, les personnes rencontrées sur place, et qui travaillent toute l’année à accueillir les pèlerins.

En substance: il n’y a pas de chemin meilleur qu’un autre.

Les 4 itinéraires de Compostelle

Leur niveau de difficulté, leurs aménagements, le balisage, sont tous similaires. La seule vraie différence, c’est leur fréquentation, et voici le classement des itinéraires, du plus fréquenté au moins fréquenté du camino frances :

1) La voie du Puy (la plus fréquentée)
2) La voie de Vézelay
3) La voie d’Arles
4) La voie de Paris

Saint Jacques de Compostelle

Dans la cathédrale Notre-Dame du Puy

Pourquoi je recommande de choisir la voie du Puy (via Podiensis)

Tous ces itinéraires se rejoignent à Puente la Reina, en Espagne. Si vous souhaitez voir peu de monde, être seul le plus souvent possible, choisissez la voie de Paris. Cependant (et les avis ont tendance à tous converger), j’ai la conviction que la plus grande source de joie et de bonheur, sur le Chemin de Compostelle, sont les rencontres qu’on y fait. Que l’on soit athée, chrétien, musulman, agnostique, animaliste, spirituel ou terre-à-terre, il y a toujours une convivialité et une grande tolérance, toujours bienveillante, pour tous les profils qui fréquentent ces voies. Les échanges sont très souvent riches ; ceux qui le sont moins, offrent toujours des bouts de vie, d’humanité, le temps d’un remerciement, d’un bonjour, ou d’un paquet de chips tendu vers autrui.

C’est un grand timide, agoraphobe et sauvage, qui vous écrit. Et qui vous dit que vous pouvez tout à fait cheminer sur les voies de Compostelle en recherchant l’isolement, la solitude, afin de mener un voyage intérieur le plus profond possible. Mais, ce faisant, vous passerez à côté de ce truisme qui dit que c’est à travers les échanges, les rencontres et le partage, qu’on arrive le plus vite au plus profond de soi.

Mon conseil est donc de choisir la voie la plus fréquentée : celle du Puy. Qui est aussi, logiquement, celle qui offre le plus grand nombre d’aménagements, de restaurants, d’hébergements, de services tout au long du chemin.

Visite du Puy-en-Velay

Le Puy-en-Velay est une destination en soi, ville au riche patrimoine très bien conservé. Une idée de voyage à réaliser, même en dehors de tout pèlerinage. J’ai aimé : les rues pavées et serpentées, l’ambiance de village, l’étroitesse des ruelles médiévales qui montent et qui descendent ; la richesse de l’arrière-pays, du terroir et des traditions, l’hétérogénéité des activités proposées. Sa proximité avec Lyon (2h30 en train), tout en offrant le sentiment d’être au milieu de la nature.

Puy en Velay Compostelle

Spectacle lumineux pendant Le Puy de Lumières (Juin)

On s’y est baladé comme on voyagerait dans le temps, en appréciant la beauté d’un centre historique de 35 ha entièrement sauvegardé, qui sert d’écrin à l’impressionnante Cathédrale Notre-Dame – départ traditionnel de Compostelle, où les pèlerins peuvent se faire bénir avant d’entamer leur marche. Construite sur les fondations d’une église du Ve siècle, elle est connue pour la beauté de son cloître (l’un des plus beaux ensembles roman d’Europe), de ses six coupoles et de ses décors peints, ainsi que pour sa très intéressante Vierge noire qui a remplacé la statue primitive brulée lors de la Révolution française. Prendre le temps de contempler le Puy-en-Velay depuis le haut des marches, et se mettre à descendre, lentement, le très impressionnant escalier, a quelque chose de très émouvant lorsqu’on le fait juste avant de partir en pèlerinage.

Puy en Velay Compostelle

Chemin de Compostelle Puy Velay Saint Privat

Chemin de Compostelle Puy Velay Saint Privat

Pas très loin de la Cathédrale, vous aurez également la possibilité de découvrir l’Hôtel-Dieu. Ces deux joyaux du Puy sont d’ailleurs inscrits au Patrimoine Mondial de l’UNESCO au titre des Chemins de Saint-Jacques. Fondé au XIIe siècle pour accueillir les malades les plus démunis, l’hôtel-Dieu est aujourd’hui un musée interactif dédié à l’histoire de la ville, du Velay, et de la Haute-Loire.

Au coucher du soleil, nous avons également eu la chance de pouvoir monter dans la statue Notre-Dame-de-France, qui surplombe le centre-ville. Construite en 1860 avec le métal de 213 canons pris aux Russes lors de la guerre de Crimée, elle est aujourd’hui le point culminant de la ville et offre une superbe vue sur la Cathédrale et sur le bassin dans laquelle s’est construite le Puy. Depuis le sommet de la statue, vous aurez également une très belle vue sur le Rocher Saint-Michel d’Aiguilhe, que nous n’avons malheureusement pas eu le temps d’approcher. Néanmoins, ce spectaculaire piton rocheux sur lequel a été édifié une chapelle, vaut le coup d’oeil. Une prouesse technique réalisée en 961, à la demande d’un évêque … qui revenait tout juste d’un pèlerinage sur le chemin de Compostelle !

Puy en Velay Compostelle

Église Saint-Michel d’Aiguilhe

Lorsque vous visiterez le Puy-en-Velay, ne manquez pas de visiter le bureau de la Fédération Française des Associations des Chemins de Saint Jacques de Compostelle (4 rue Becdelièvre au Puy en Velay). Nombreuses informations et conseils, possibilité d’acheter des guides, des bâtons de pèlerins … Les bénévoles offrent l’accueil et l’hospitalité qui ont fait la légende de Compostelle. Ils disposent également de nombreux contacts avec les différentes organisations jacquaires (qui s’occupent de la promotion et des actions de revitalisation du Chemin de Compostelle), et seront donc à même de vous donner de très nombreuses informations suivant vos envies, vos craintes, vos besoins.

Chemin de Compostelle Puy Velay Saint Privat

A ne pas manquer également :
– La Chaise-Dieu, un très beau village perché à 1080 mètres de hauteur
– La forteresse de Polignac, qui offre un très beau panorama sur le bassin du Puy notamment au lever du soleil
– Les très nombreuses autres possibilités de balades et de randonnées

GR3 Chemin de la Loire

Longer la Loire, dernier fleuve sauvage d’Europe. Profiter de la beauté, de la diversité de ses paysages depuis Aurec-sur-Loire jusqu’au Puy-en-Velay.

GR40 Tour des Volcans du Velay

Vous avez l’humeur vagabonde… Vous avez un bon souffle, les lacets affûtés et le coeur à l’aventure, la soif de découvrir d’autres paysages ? Le Tour des Volcans du Velay est fait pour vous. Depuis des millions d’années, monts, sucs, gardes et rochers vous attendent pour découvrir leur relief.

GR70 Chemin de Stevenson

252km de randonnées au départ du Puy, jusqu’aux Cévennes. Robert-Louis Stevenson a entrepris ce voyage en 1878 en solo, d’où le nom officieux du GR.

Vous trouverez plus d’informations sur les balades à faire autour du Puy sur le site officiel de l’Office de tourisme : https://www.lepuyenvelay-tourisme.fr/

Première étape de la Via Podiensis : du Puy-en-Velay à Saint-Privat-d’Allier

Quelques données :
– Le Puy – Montbonnet : 16,5 km
– Le Puy – Saint-Privat-d’Allier : 24,5 km
– Le Puy – Monistrol d’Allier : 30 km

Le départ du Chemin de Compostelle se fait traditionnellement depuis l’église ou la place. Je vous conseille d’aller très doucement pour ces premiers jours : en effet, le pèlerinage commence sévèrement, par la montée des Capucins. Longue, abrupte, et raide, cette montée reste néanmoins accessible à tous les niveaux de forme physique, pourvu qu’on y aille lentement. Elle sert traditionnellement de « test » aux pèlerins, qui verront très rapidement s’ils sont trop chargés, mal équipés, etc.

Un conseil : ne faites pas comme les deux personnes de la première photo ci-dessous. Prenez un sac à dos pour porter vos affaires, car l’utilisation d’un chariot, d’une carriole, ou de tout autre chose impliquant des roues, est une très, très mauvaise idée.

Les deux autres difficultés majeures de vos premiers jours sur la Via Podiensis seront la montée de Rochegude et celle qui mène à Saugues. Sinon, le chemin est relativement facile, très bien balisé. Des chaussures de randonnée sont évidemment recommandées, mais des baskets feront également l’affaire si vous souhaitez garder les pieds légers. Une curiosité, relevée dans le petit guide édité par les éditions Tour de Papier :

Dans cette contrée, l’élevage de moutons de race noire dite « la noire du Velay » ou « la Neïra », est très appréciée pour ses agneaux. La couleur exceptionnelle de la toison fut habilement utilisée par les ordres religieux.

Je ne vais pas vous raconter le détail de cette première étape, qui nous a mené jusqu’à Saint-Privat. Cela n’aurait aucun sens ; c’est un chemin qui se vit, le cœur et les yeux grands ouverts. Alors, à la place, voici quelques photos. Pas trop, pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte. Mais quelques unes, quand même, pour vous donner envie de faire ce très joli bout de chemin.

Puy en Velay Compostelle

Puy en Velay Compostelle

Puy en Velay Compostelle

Les buvettes comme celle-ci sont rares au beau milieu du chemin, en-dehors des villages. On trouve celle-ci peu après avoir quitté le Puy, halte bienvenue après la montée un peu ardue.

Puy en Velay Compostelle

Puy en Velay Compostelle

Chemin de Compostelle Puy Velay Saint Privat

Saint-Privat-d’Allier

Chemin de Compostelle Puy Velay Saint Privat

Saint-Privat-d’Allier

Le gîte La Cabourne

Pour clore cette première étape de la Via Podiensis, je vous conseille évidemment de vous arrêter au Gîte La Cabourne. Parce qu’ils nous ont invité à faire cet itinéraire ; mais surtout, parce qu’il s’agit d’un établissement idéal pour rencontrer du monde, se reposer, avoir de bons conseils, manger un très bon repas autour d’une grande table où tout est fait pour que les gens se parlent entre eux. Vous aurez le choix entre des chambres individuelles et des dortoirs, toutes propres et très confortables. J’ai particulièrement apprécié les tables à l’extérieur, où il suffit de s’asseoir pour entamer la discussion de façon très naturelle avec les gens qui passent.

Encore une fois, j’écris ces lignes en totale indépendance et, si le gîte ne m’avait pas plu, je n’en parlerais tout simplement pas. Comme ça m’est déjà arrivé …

[Lire la suite de l’article]

Catégories : BlogFrance

Chris

Journaliste indépendant

1 commentaire

Compostelle : Saint Privat, Monistrol, Saugues, et conseils (2/2) | Blog Voyage · 27 juin 2018 à 8 h 34 min

[…] (Suite de mon précédent article sur le Chemin de Compostelle – Via Podiensis) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *