[Suite de l’article précédent]

Après notre visite de la Maison du Vélo de Toulouse, nous avons fait quelques kilomètres en vélo, au départ de Castelsarrasin jusqu’à Moissac. Neuf petits kilomètres qu’on peut faire à pied (1h45 de marche) ou à vélo (30 minutes). Les cyclistes aguerris se moqueront gentiment de cet « exploit sportif » mais, pour nous, c’était surtout l’occasion de prendre le temps de goûter à l’ambiance qu’offre le Canal des Deux Mers.

Le Canal des deux mers à vélo : une flânerie bucolique et tranquille

Voyager sur le Canal des deux mers à vélo est très, très facile. C’est quasiment toujours plat ; et votre pire ennemi ne sera ni les dénivelés (inexistants), ni les cailloux, mais le soleil. Les platanes et la forêt vous protégeront souvent mais, parfois, vous n’aurez aucun abri sur plusieurs kilomètres. S’il fait plus de 30°C, dites vous que le plus chouette sur le Canal des deux mers n’est pas la destination, mais les beaux paysages, l’ambiance bucolique d’un chemin qui longe un canal ; les canards, les oiseaux, le reflet des arbres sur l’eau, le silence de la nature et les péniches qui passent avec nonchalance et mollesse.

Canal des Deux mers

Canal des Deux Mers – près de Castelsarrasin

Canal Des Deux Mers a velo

Canal Des Deux Mers a velo

Moissac: Moulin et visite de l’Abbaye Saint-Pierre

Après avoir pédalé une petite heure depuis Castelsarrasin, nous avons posé nos valises au superbe Moulin de Moissac, un Hôtel Spa 3* (chambres à partir de 105 €) construit au bord du Tarn, avec une jolie vue sur la rivière et le pont Napoléon. Les fondations du moulin datent de 1474 ; pendant les années folles, l’hôtel s’est transformé en station uvale (une cure où vous n’ingurgitez que du raisin pendant deux semaines), accueillant les avions de riches Parisiens amerrissant sur le Tarn.

CanalDesDeuxMers-Moissac

CanalDesDeuxMers – arrivée à Moissac, vue sur la Garonne et le kiosque

CanalDesDeuxMers-Moissac

CanalDesDeuxMers – près de Moissac

Canal deux mers Cafe Velo d'Agen

Cafe Velo d’Agen

C’est aujourd’hui un cadre idyllique pour une escapade en amoureux – au calme et au bord de l’eau, agrémenté d’un excellent restaurant, le M.1474, fusionnant produits locaux et recettes du monde. C’était également l’occasion de prendre un apéro au kiosque de l’Uvarium et de goûter au Chasselas, un apéritif sucré AOP, spécialité du coin, qui n’est pas sans rappeler le goût de la canne à sucre fraichement pressée.

Mais, avant de profiter de ce confort, une petite visite du village de Moissac s’imposait – et, notamment, de sa très belle abbaye.

L’Abbaye Saint-Pierre

Je ne vais pas vous faire un compte-rendu ennuyeux de la visite de l’Abbaye – malgré le fait qu’elle soit inscrite au Patrimoine mondial de l’Humanité, malgré le fait que son cloitre soit superbe et que ses piliers renferment des centaines d’histoires tour à tour fascinantes, marrantes, tristes, émouvantes. Je me contenterai de poser ces quelques photos.

Canal des deux mers - Abbaye de Moissac

Abbaye de Moissac

Canal des deux mers - Entrée Abbaye de Moissac

Canal des deux mers – Entrée de l’Abbaye de Moissac

Le Canal des deux mers de Moissac à Nérac

Le lendemain matin, départ pour Agen pour une petite visite de la ville et une petite dégustation de pruneaux. Mais c’est surtout le Pont-Canal d’Agen qui mérite le détour : perché à 12 m de hauteur, et permettant au Canal de franchir la Garonne, c’est le deuxième plus long pont-canal de France (580 m). Des gens s’y baignent, des promeneurs s’y baladent, et de nombreux cyclistes passent par là, en faisant d’abord une halte au merveilleux Café Vélo du Pont-Canal.

Canal deux mers pont agen

Canal Des Deux Mers – Pont d’Agen

Canal des deux mers - Café Vélo Pont Canal Agen

Café Vélo du Pont Canal d’Agen

Café Vélo du Pont-Canal

Nous n’avons passé qu’une petite demi-heure dans ce Café Vélo ; mais l’endroit mérite qu’on s’y attarde davantage. Construit dans une ancienne usine de traitement des eaux, on y trouve tous les services propres aux cafés vélo : atelier de réparation, livres, matériel (à l’achat ou à la location), cartes, informations, renseignements, gros canapés et fauteuils pour se prélasser, restaurant, café, et une terrasse donnant sur la Garonne et le Pont-Canal.

Ici, on a conservé l’esprit industriel en le rehaussant d’une petite touche de vintage. Certes, le lieu est d’abord dédié au cyclotourisme ; mais tout le monde y trouvera son compte, notamment ceux qui cherchent un gîte d’étape / hébergement tranquille et abordable (12 couchages proposés) au bord du Canal des deux mers.

CanalDesDeuxMers - Nérac

Blogueurs voyage typiques en train de prendre des gros plans de jolies fleurs à Nérac

Nérac

Après une petite balade d’une heure à vélo d’Agen jusqu’à Sérignac-sur-Garonne, où un excellent déjeuner nous attendait aux Tables du Prince Noir, nous avons eu la chance de visiter Nérac accompagnés d’un raconteur de pays. C’était la première fois que je faisais une telle visite guidée – et j’ai adoré toutes les micro-histoires de vies, de contes, de légendes, d’anecdotes hautes-en-couleur ou graveleuses qui émaillé les annales de Nérac.

On retiendra l’origine de l’expression « conter fleurette » et la statue de la-dite Fleurette, maitresse du roi Henri IV et morte de chagrin 20 ans après leur rencontre, qui donnera également la racine au mot anglais « flirt » (pour l’histoire complète, voir cette page). On se souviendra aussi des pierres gravées par un faussaire, d’Henri IV et de sa boulangère, de la onzième histoire de l’heptameron ou, tout simplement, de la beauté de Nérac, et de ses belles pierres sous lesquelles se cachent mille et une autres histoires que je ne vous raconterai également pas, car il faut découvrir sur place pour qu’elles puissent révéler toutes leurs saveurs.

A Nérac, j’ai aimé la tranquillité de la vie, au bord de la Baïse. La très belle vieille ville et toutes ses petites ruelles, ses maisons à colombages et ses fleurs, ses arbres, son château – autant d’ingrédients qui invitent à voyager dans le temps, accompagné d’un petit café.

Couthures-sur-Garonne

Enfin, nous avons terminé la journée à Couthures – un tout petit village où il se passe beaucoup de choses, connu pour son festival de journalisme ; mais aussi, malheureusement, pour ses nombreuses inondations. Une petite balade sur la Garonne a été l’occasion de parler avec les sauveteurs du village – et les entendre parler de leur amour de l’eau, de la Garonne, malgré son côté parfois « envahissant » ; la vie aménagée autour de ces aléas, l’inventivité des villageois pour pallier à la montée des eaux.

Canal des deux mers, Couthures-sur-Garonne

Couthures-sur-Garonne

On apprendra également qu’il y a très peu de pêche sur la Garonne, sauf si on aime la silure ; que de petits clubs de pêche essaient de repeupler le fleuve, sans grand moyens pour parvenir à leurs fins ; qu’un sac plastique nonchalamment jeté ici, finira dans le ventre d’un béluga en Norvège. Que les berges ne sont plus entretenues, mais qu’il y a beaucoup de bonne volonté, toujours accompagné de cet indéfectible amour de l’eau, pour changer les choses.

[Suite du voyage sur le Canal des Deux Mers à venir]

Catégories : BlogFrance

Chris

Journaliste indépendant

2 commentaires

Canal des deux mers : à vélo et à pied, de Toulouse à l'Atlantique · 19 mai 2018 à 9 h 20 min

[…] Lire la suite du voyage : Canal des Deux Mers – à vélo de Moissac à Couthures […]

Canal des deux mers : visites de caves et de vignobles à vélo | Blog Voyage · 23 mai 2018 à 8 h 07 min

[…] [Lire l’article précédent : Canal des deux mers, de Moissac à Nérac] […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *