Mon premier salon des blogueurs voyage s’est passé en Aveyron – un département où je n’avais jamais mis les pieds, et que j’ai eu la chance de découvrir les deux premiers jours de mon arrivée grâce à un blogtrip autour des bastides du Rouergue, organisé par l’Office du Tourisme du Grand Villefranchois, en compagnie de Gilda et Gaia (Les Aventureuses), de Moran (Rencontre le Monde), d’Alexandra (Itinera Magica) et de Marion (Sauvazine).

C’est quoi au juste, les bastides du Rouergue ? Le terme désigne en fait une ville neuve du Moyen-âge, structurée autour d’une place bordée d’arcades, et présentant la particularité d’avoir un plan d’urbanisme géométrique. Bref, d’être pleine de charmes et de donner envie d’y tourner un film de capes et d’épées.

bastide rouergue najac

Le village de Najac vu depuis la forteresse

En Aveyron, la découverte des Bastides du Rouergue

Pour nous accueillir, les Aveyronnais ont joué à fond la carte de l’accueil humain, sympathique et authentique – ce qu’incarnait avec perfection Magali, la super directrice de l’Office de Tourisme de Najac. Les blogtrips sont toujours un moment un peu bizarre où tout le monde se plie en quatre pour nous vendre une destination et nous montrer qu’il n’existe pas de plus bel endroit sur Terre ; Magali, elle, avait la particularité de toujours nous dire qu’elle enviait tous les voyages que nous avions pu faire dans nos vies, presque en s’excusant de n’avoir que l’Aveyron à nous offrir. A la fois fière de la beauté des Bastides aveyronnaises, et complexée à l’idée que nous soyons tentés de comparer la très française Najac avec des endroits plus exotiques et mirifiques, elle ne s’est probablement pas rendue compte que c’est la simplicité de son accueil et des plaisirs qu’elle avait à nous offrir, qui nous a totalement conquis. Enfin, simplicité … On nous a quand même fait la surprise d’un vol en avion au-dessus du village de Najac – un moyen incomparable d’apprécier la beauté de la forteresse et des forêts, et des gorges environnantes.

Note : l’aspect un peu bizarre de la photo qui suit est dû à la saleté du cockpit du Robin DR400 dans lequel nous étions – mais, au final, j’aime beaucoup ce côté « peinture à l’huile ».

Aux côtés de Magali, nous avons été accueillis comme des rois à l’hôtel Les Fleurines de Villefranche-de-Rouergues – un établissement qui a la particularité de présenter une bulle de modernité, de classe et de confort, tout en s’intégrant parfaitement à l’architecture médiévale de la ville, classée « grand site de Midi-Pyrénées » ainsi que « ville d’art et d’histoire ». Une visite de nuit, accompagnés par un super guide conférencier, nous a permis d’explorer les ruelles et les clochers, d’entrer chez des particuliers afin d’admirer des bâtisses datant de la renaissance et marqués par le style architectural italien.

bastide rouergue villefranche


Chapelle des Pénitents noirs de Villefranche-de-Rouergue

Nous avons alors rencontré Justine – une cloche de 2005 kg sonnant Do3, l’une des pièces maitresses des carillons de Villefranche que nous avions beaucoup de plaisir à entendre dans toute la ville. Parfois automatisées, parfois jouées par un professionnel, les mélodies carillonnées étaient étrangement agréables et plaisantes à écouter, qu’il s’agisse de Poupée de Cire / Poupée de Son, de Vive le Vent ou d’airs plus classiques – les reprises de morceaux célèbres sonnent souvent kitsch, mais celles-ci créaient une très chouette ambiance décalée, tout en renforçant le côté médiéval et « voyage dans le temps » qu’offre une balade à Villefranche-de-Rouergue.

Le lendemain, départ pour la superbe bastide de Najac – un village construit le long d’une seule rue, posée sur la crête d’une colline, entourée par les gorges de l’Aveyron et dominée par la forteresse médiévale. L’un des plus beaux villages de France, assurément, que nous nous sommes amusés à explorer lors d’une course d’orientation pendant laquelle nous devions interroger des habitants pour leur soutirer des informations sur le village. Ludique, instructif, et très amusant.

Bastides rouergue

Gorges de l’Aveyron

Avant de rentrer, nous sommes allés visiter la galerie de Jean-Marie Périer – un photographe célèbre pour avoir cotoyé les Beatles, les Rolling Stones, Johnny Hallyday et tout le gratin people des années 60, 70, 80. Ses portraits (posés) ont été une véritable découverte et vous pouvez suivre son compte Instagram pour voir de quoi je parle – en espérant qu’il suive nos leçons et recommandations !

Sixties. Sylvie Vartan. #jeanmarieperier

Une publication partagée par Jeanmarieperierofficial (@jean_marie_perier_new_site) le

Mon avis sur les Bastides du Rouergue

Deux jours, c’était trop court pour réellement profiter des Bastides. Nous n’avons passé que quelques heures à Villefranche et Najac – et j’aurais aimé prendre davantage le temps de flâner, de parler avec les passants, de m’installer à une terrasse de café offrant une jolie vue sur la forteresse. Je regrette de ne pas avoir vu Sauveterre de Rouergue, Villeneuve d’Aveyron, La Bastide l’Évêque et Rieupeyroux – les autres Bastides, leurs places à arcades et leurs belles églises.

Cependant, j’ai été enchanté par ce que j’ai vu ; et j’ai adoré les rencontres que j’ai pu y faire. Je recommanderais la région à n’importe quel amateur de beaux villages et de beaux paysages, cherchant à la fois la simplicité et l’authenticité. De ce que j’en ai vu, j’ai l’impression que, dans ce coin de l’Aveyron, on ne cherchera pas à tout prix à plaire aux touristes ; on accueille les visiteurs avec le naturel de ceux qui sont fiers d’être ce qu’ils sont, et tant pis pour ceux qui n’aimeront pas.

Ca m’étonnerait qu’il y en ait beaucoup.

Catégories : BlogFrance

Chris

Journaliste indépendant

1 commentaire

Le plein d'émotions en Aveyron! - Voyageurs Sans Frontières · 3 août 2018 à 9 h 53 min

[…] Rougier de Camares Le château de Belcastel Le château de Bournazel Les bastides de Rouergue Visiter le Viaduc de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *