Voyager en voilier : six destinations que j’explorerais si j’avais un bateau

Voyager en voilier est un vieux rêve, une envie qui n’a sa limite que dans le fait que jusqu’à présent, je n’ai jamais eu assez d’argent pour m’en offrir un et partir. Peut-être attendrais-je volontairement d’être à la retraite et de guérir mes tendances au mal de mer pour, un jour, embarquer sur ma propre embarcation ou louer un voilier sur Nautal.

En attendant, je pense aux possibles. A ce qui m’enchanterait le plus ; à ces destinations difficilement accessibles, autrement que par la mer. A cette façon si particulière de voyager, qui apporte des sensations, des émotions uniques. Si j’avais un bateau, j’irais faire un tour vers …

1. La Mer de Bering

jomilo75 (Flickr CC)

Et, surtout, voyager vers les îles Aléoutiennes – 300 petites îles volcaniques qui forment un point de suspension entre l’Alaska et la Sibérie. 1765 kilomètres de terres en dehors du monde, rarement foulées, rarement évoquées lorsqu’on pense aux endroits du monde qu’on aimerait visiter.

Et pourtant. C’est peut-être l’un des plus beaux endroits du monde. Un rond, entouré d’impressionnants volcans surplombants les mers gelées de l’Arctique. De la faune et de la flore presque intacts, des phoques et des loutres à foison. Des autochtones – les Aloutiens – qui auraient plus d’une histoire à raconter au voyageur curieux.

Bref, un jour.

2. Antarctique

Tim Ellis, Hannah point (Flickr CC)

Mon plus grand rêve de voyageur. Marcher, longtemps, à travers les étendues gelées de l’Antarctique. Ne pas me contenter d’y passer une ou deux journées avec les colonies de manchots, ne pas me contenter de prendre un bateau, une croisière pas chère pour l’Antarctique (même si ça me botterait aussi hein) mais pouvoir aller là où ne vont pas les touristes. Caboter tout autour du continent, y marcher plusieurs jours, dans les pires conditions météorologiques du monde, dans le plus grand respect de la nature et de sa force – et se sentir vraiment seul au monde.

Et pour faire ça, il n’y aurait qu’un voyage en voilier qui me le permettrait. Avec un excellent skipper, qui sache naviguer dans les pires conditions ; avec une autorisation officielle des TAAF d’opérer sur ce continent, dans le respect de toutes les réglementations qui existent.

3. Les Cyclades

Steve Parkinson (Flickr CC)

Ok, les Cyclades ne sont pas vraiment une destination « difficilement accessible ». Mais j’avais envie de les mettre dans cette liste, parce qu’y caboter me fait rêver pour une raison très simple et très précise : je suis un grand, grand fan de l’Odyssée, et l’idée de pouvoir me rêver en Ulysse me fait délirer.

4. Îles Whitsundays

Randi Hausken (Flickr CC)

Les îles Whitsundays, ce sont 74 petites îles de rêves posées sur un océan paradisiaque. Des dauphins, des tortues, des baleines sur un fond de plages de sable blanc, qui sertissent l’un des plus beaux joyaux touristiques de l’Australie.

Je rêve de m’y trouver une île déserte et d’y planter mon hamac, jusqu’à ce que je me fasse déloger par les prochains touristes qui passeraient. Profiter du temps jamais trop chaud et assurément jamais froid. Et je monterais les cocotiers avec ma ceinture et me nourrirais de poisson frais, entre deux plongées au clair de lune, sous les millions d’étoiles dégagées de toute pollution lumineuse. Aaah….

5. La Norvège

Richard Rydge (Flickr CC)

Caboter tout le long de la côte norvégienne. Pêcher du saumon sauvage, au large des cabanes colorées des spectaculaires îles Lofoten. Naviguer le long de montagnes – les « Alpes de Lyngen » – et s’arrêter boire un verre à Bergen ou Kirkenes, en priant les dieux nordiques d’être cléments avec notre compte en banque. Profiter des petites pépites culturelles, architecturales et humaines de Tromsø, tout au nord, sous des aurores boréales tellement nombreuses qu’on s’en lasserait presque. Mais presque, seulement.

6. Le sud du Chili

Mariano Mantel (Flickr CC)

J’ai une obsession pour cette région du monde. Le sud de la Patagonie, et ses glaciers, ses canaux, ses étendues sauvages dramatiques et balayées par les vents si particuliers qui s’y gigotent. Regardez une carte, regardez le sud du Chili, ce bout du monde découpé comme autant de miettes de sablés bretons géographiques. Imaginez-y des fjords en-veux-tu-en-voilà – les glaciers de la cordillère Darwin, le cap Horn, le canal de Beagle, l’archipel des Wollaston et des milliers d’autres noms baptisés après d’héroïques aventuriers. Imaginez un voilier, mouillant aux pieds de falaises bleues, et quelques randonneurs à crampons qui se baladent sur l’eau glacée. Des lieux extraordinaires aux milles nuances de bleu, un ravissement pour tout amoureux de l’océan.

No Comments

Post A Comment

CommentLuv badge

C’est gratuit, et ça le restera

Ce blog de voyage est mon gagne-pain ; bloguer est une activité à temps plein. Pour m’aider à continuer à en vivre, je ne demande pas le moindre centime ; juste un petit « like » sur ma page Facebook et mon compte Twitter, pour asseoir ma crédibilité auprès des annonceurs 🙂