Voyager dans l’espace pendant la Nuit des Etoiles

9 août 2012 15 h 15 min

La nuit des étoiles, vous connaissez ?

Ce week-end, c’est « LE » rendez-vous des amoureux des ciels étoilés. La Nuit des étoiles prépare sa 22e édition les 10, 11 et 12 août prochain.

Au programme : 350 manifestations organisées un peu partout en France pour découvrir la voûte céleste, mises en scène de spectacles naturels (éclipse totale du Soleil, collisions de morceaux de comète sur Jupiter) accompagnées d’explications pédagogiques et d’outils d’observation.

L’objectif des Nuits des étoiles est d’offrir au grand public la possibilité de mieux comprendre le ciel et les “signaux” qu’il nous transmet pour ainsi mieux percevoir la place de l’Homme dans l’Univers et pour nous, citoyens, mieux saisir l’importance de la préservation de notre planète.

A Paris, deux endroits offrent un parcours pédagogique privilégié et gratuit : la tour Montparnasse et la Cité des Sciences !

Que voir dans le ciel durant les Nuits des étoiles 2012 ?

Dans le Soleil couchant – vers 21h – des 10, 11 et 12 août, on part sur son site d’observation pour admirer les derniers rayons du Soleil, qui disparait sous l’horizon nord-ouest. On peut jouer à comparer la taille du soleil et celui de la Lune, qui paraissent identiques à ce moment-là.

Le crépuscule installé – vers 22h – les planètes Mars et Saturne rejoignent le Soleil couchant et forment un beau rapprochement avec Spica, l’étoile principale de la constellation de la Vierge. Une heure après le coucher du Soleil, Saturne est assez basse, à peine 15° au dessus de l’horizon et Mars à peine au dessus des 10°- ces planètes sont les seules de la soirée – la Lune et Jupiter n’apparaissent que vers 2h.

La nuit installée – vers 23h – débute une ballade touristique à travers les constellations estivales, des trois belles d’été en passant par la Voie Lactée, le Sagittaire, le Scorpion… C’est aussi à cette heure de la nuit que l’on peut commencer à observer les premières étoiles filantes à l’œil nu, les fameuses Perséides dont le pic d’activité est attendu dans la nuit du 12 au 13 août.

Les larmes de Saint-Laurent

Du 17 juillet au 24 août la Terre croise, comme chaque été, la trajectoire d’un essaim de poussières échappées de la comète Swift-Tuttle. L’activité, c’est-à-dire le nombre d’étoiles filantes auquel l’essaim donne lieu, est variable selon les années. En cette période ordinaire, on signale 110 météores à l’heure le soir du maximum.

Pour observer les Perséides ? Un bon spot, des yeux, et le nez en l’air. Jumelles et télescopes sont inutiles, il n’y a que les yeux humains qui offrent une vision « grand angle » qui restituera l’ampleur du phénomène.

Le seul critère d’un bon point d’observation : un endroit dégagé, à l’écart des fortes lumières des zones urbaines. Mais même depuis les grandes villes, on devrait pouvoir voir des étoiles filantes sur presque toute la voûte céleste, d’autant plus cette année que nous serons en période de Nouvelle Lune. Le spectacle est garanti, si les conditions météorologiques sont favorables.

Des étoiles, des comètes à foison, des astronomes amateurs pour guider les touristes : ne ratez-pas ça !

3 Commentaires

Laisser un commentaire

requis

requis

facultatif


CommentLuv badge