Tu sais que tu es au Québec quand …

Le Canada me manque déjà. A peine rentré à Paris, après avoir vécu au bord d’un lac des Laurentides d’Octobre à Juin, je m’occupe frénétiquement pour ne pas (trop) regretter le goût du bonheur et de la vie simple, au milieu de la nature et de la gentillesse légendaire des Québécois. Je pensais publier tout un tas d’articles sur la vie et le voyage aux Etats-Unis et au Canada, depuis là-bas ; mais je n’en ai pas eu le courage, trop occupé à vivre et profiter de la chance que j’avais d’avoir une maison dans un endroit de rêve. Essayer d’écrire sur place était comme de voir un très beau paysage depuis le viseur d’un appareil photo : ça reste beau, ça reste chouette mais, si on a le choix, on préfère quand même tout poser par terre et s’asseoir, les yeux grands ouverts et le corps immobile.

Je vous raconterai donc plus tard ces quelques histoires de vie ; les images saillantes et les rencontres vécues, les cabrioles de mes états d’âme et les réflexions, et les projets de vie qui en sont nés. En attendant, je voulais simplement commencer par un article qui raconte toutes ces petites choses qui ne peuvent être vues et entendues qu’en voyage au Canada – oups, pardon : qu’en voyage au Québec.

Tu sais que tu es au Québec quand …

… Les quatre saisons se résument à : « Presque-L’Hiver », « Hiver », « Slush d’hiver » et « Travaux routiers » (en prévision de l’hiver)
… quand on te dit que tu n’es PAS au Canada : tu es au QUEBEC.
… quand les gens que tu rencontres ne sont pas Américains, mais ne se considèrent pas vraiment non plus comme Canadiens
… quand il faut prendre la voiture pour tout faire
… quand tu fais la découverte de Costco … pendant ta pendaison de crémaillère, en découvrant que tu aurais pu tout acheter en gros pour beaucoup moins cher
… quand tu constates, avec un certain scepticisme, qu’il y a toujours au moins une marque de jus d’orange en promo dans les supermarchés. D’ailleurs, tu as l’impression qu’il y a TOUJOURS des promos pour tout et n’importe quoi quand tu vas faire tes courses.
… quand il y a de la neige au mois d’avril autour de Montréal. Et en Mai.
… quand tu découvres l’amour des Québécois pour le slush, une glace pillée insipide qui donne son nom à la gadoue dans laquelle tu patauges joyeusement à la fin de l’hiver lors de la fonte.
… quand tu essaies laborieusement d’avancer avec ton déambulateur sur une patinoire créée sur les sentiers de randonnées au milieu d’une forêt. Et que tu te fais dépasser 589309 fois dans le même tour par des gamins de 6 ans qui naissent les patins aux pieds

lacs laurentide

L’hiver, les lacs municipaux sont souvent transformés en patinoires géantes

… quand tu lis POULET FRIT DU KENTUCKY et que tu commences à te marrer sous le regard perplexe des Québécois.
… quand les Anglicismes sont partout, mais que tout est également traduit
… quand, aux mois de Février/Mars, tu regardes avec beaucoup d’incrédulité les Québécois se mettre en T-Shirt et dire qu’il fait « chaud » dès que la température passe au-dessus de zéro degré
… quand, au début du Printemps, tu croises en ville des gens en train d’admirer les premiers bourgeons comme s’il s’agissait d’œufs de dinosaures
… quand tu entends « c’est bon ça » (même hors d’un contexte sexuel)
… quand « c’est l’fun » et « Fait que »
… quand tu t’extasie devant les ratons-laveurs et les écureuils, et que les locaux te disent qu’ils voient ces adorables créatures comme des rats ou des pigeons parisiens
… quand tout le monde parle avec beaucoup d’émerveillement de tout ce qui est « vieux » et que le summum du compliment sur la France est de dire : « y’a tellement de trucs vieux chez vous ! ».
… quand tout le monde a des câbles et des pelles dans le coffre de sa voiture
… quand le nom du président russe t’évoque dorénavant des frites, du fromage et de la sauce brune
… quand tu te rappelles de ce grand moment de perplexité qui t’a pris lorsqu’on t’a parlé pour la première fois de « Poutines gastronomiques »
… quand tu constates avec effarement le nombre impressionnant de bières locales brassées au Québec, et la facilité avec laquelle on peut les trouver
… quand l’érable est partout, partout, partout, sous toutes les formes possibles et imaginables
… quand le summum de la solidarité entre voisins consiste à aider à déneiger sa voiture et/ou à inviter l’autre à un barbecue
… quand une place de parking déneigée est l’enjeu de toutes les convoitises et des pires coups bas
… quand, lorsque le jour se lève, tu regardes avec beaucoup de poésie le ballet des déneigeuses
… quand ce qui t’étonne le plus est le prix (dérisoire) de la viande et des fruits/légumes (hors de prix)
… quand tu te mets à acheter du papier toilette pour les cinq prochaines années à Costco (y’avait une promo)
… quand tu passes trois heures à désespérément chercher la Poste … avant de réaliser qu’elle est dans la pharmacie, ou la station-essence
… quand, en hiver, tes poils de nez gèlent instantanément lorsque tu mets le nez dehors
… ou ton sourire, qui gèle également sur ton visage et que t’as l’air comme un con dans la rue
… ou tes cheveux, qui se mettent à casser tellement il fait froid
… ou l’un de tes tibias, après avoir glissé sur une plaque de verglas
… quand tu décides que c’est au Québec que tu élèveras tes enfants lorsqu’on te parle pour la première fois du congé parental d’un an … avant d’apprendre le coût mensuel des assurances et des mutuelles
… quand les gens autour de toi n’aiment ni hausser le ton, ni la chicane, et que tu es sûr de pouvoir trouver un Français lorsque quelqu’un se met à râler à haute voix
… quand tu apprends rapidement à dire que ton équipe de hockey préférée est celle des Canadiens
… et de réaliser qu’on ne parle pas de l’équipe nationale, mais de celle de la ville de Montréal, ce que tu trouves assez rigolo lorsque tu repenses au nombre de fois où on t’a dit que « le Québec, c’est pô comme l’Canada »
… quand tu découvres l’interdiction de ramener du saucisson français dans tes bagages
… quand tu découvres le goût des saucissons locaux avec une mine déconfite
… quand tout le monde te parle de son incompréhension vis-à-vis de l’amour des Français pour l’autoflagellation et le pessimisme
… et que tu as l’impression de respirer un grand bol d’air lorsque tu te retrouves immergé dans un pays qui essaie d’imaginer l’avenir plutôt que de regretter et commenter le passé
… quand ta pizza 4 fromages, c’est 4 couleurs de cheddar
… quand on te donne rendez-vous au « Nord » de Montréal, qui est en fait à l’Ouest
… quand, sur tes briques de lait, tu as un pourcentage au lieu d’avoir « demi-écrémé »
… quand les œufs bruns sont plus chers alors que la seule différence est esthétique
… quand on te propose des œufs oméga-3 pondus par des poules hipsters qui bouffent des graines de lin
… quand tes légumes « locaux » sont en fait produits au Mexique
… quand ton premier réflexe, en bon Français, est de prendre une carte à la SAQ
… et quand un Québécois te dit qu’il est fané d’avoir à payer la cotisation annuelle de la SAAQ, tu te dis que les Québécois prennent vraiment le vin très au sérieux
… quand tout le monde est capable de converser avec toi sur l’actualité française alors qu’avant Trudeau, tu connaissais à peine le nom du Premier Ministre
… quand la météo est le sujet de conversation favori des autochtones, notamment dans les transports en commun, où ils n’hésitent pas à t’aborder pour avoir ton avis sur la question
… d’ailleurs, il est de bon ton de se plaindre lorsqu’il fait trop chaud en été et trop froid en hiver, et de se plaindre également lorsqu’il fait trop froid en été et trop chaud en hiver
… quand, du coup, avant de mettre le nez dehors, ton premier réflexe est de faire un tour sur meteomedia, histoire de savoir quoi mettre dans ton sac. Et histoire de savoir quoi dire aux inconnus qui te solliciteront ton avis sur le temps à venir.
… quand « Oupelaï ! »
… quand il est tout à fait normal de faire 7h de route pour aller passer un week-end quelque part

Riviere du Loup

Le fleuve Saint-Laurent, près de Rivière du Loup

… quand tout le monde autour de toi se désole de la place des autochtones au Québec et au Canada sans être vraiment capable d’avoir une discussion un peu plus poussée à ce sujet
… quand des pistes de ski de fond sont accessibles en moins d’une demi-heure à peu près partout au Québec
… quand, au milieu des urgences, tu as la possibilité de regarder une émission de téléréalité s’intitulant « Dans les coulisses des urgences »
… quand tu as la possibilité d’acheter des patates en robe de chambre à l’unité, pour les mettre au micro-ondes
… quand on te parle d’appart en 2 ou 3,5 au lieu de te parler du nombre de pièces
… quand tu apprends que le prix des loyers est en fait gonflé à cause de la nonchalance des Français qui viennent s’installer
… quand tu vois pour la première fois une voiture Saint-Hubert
… quand « Chocolatine » VS « Pain au Chocolat » = vainqueur Chocolatine
… quand tu découvres, avec extase, le principe du « refill » de café
… ou le Canadian Tire
… quand, franchement, wtf l’utilité d’avoir Jean Coutu lorsqu’on pourrait tout aussi bien mettre ça dans un Metro ou un IGA ?
… quand « ce sera pas bien long » ou « ça fait plaisir »
… Les voitures sales pendant l’hiver
… quand on te demande « Ca va bien ? » pour te dire bonjour (et qu’on te regarde un peu bizarrement lorsque tu leur retournes la question)
… quand tu as l’impression que le reste du Canada n’existe pas (sauf pour dire que c’est moins bien)
… quand on te parle de faire un « cinq à sept » et que tu trouves ces Québécois bien libertins, avant de comprendre qu’il s’agit d’un apéro tout à fait innocent
… quand tu as l’impression que tout le monde a un chalet quelque part
… ou un parc national ou fédéral dans son jardin
… quand tu rencontres des Français qui vivent au Québec depuis plus de dix ans et qui, pratiquement tous, n’ont plus que mépris pour leur pays d’origine
… quand tu te balades dans une librairie et que tu vois pour la première fois le prix (absurde) des livres … et la taille des rayons consacrés aux romans à l’eau de rose
… quand « Ca a pas d’sens » ou « d’bon sens »

Gaspesie

Côte Gaspésienne

… quand David’s tea a quasiment le monopole de la vente de thé comme la SAQ celui de la vente d’alcool
… quand tu te promènes au bord d’une rivière au printemps et que tu t’extasie face aux débits et au fracas du courant
… quand des ours, des visons, des loutres, ou des marmottes se baladent dans ton jardin
… quand, à fin de l’hiver, tu pourrais jouer au golf sur la route à cause du nombre invraisemblable de trous
… quand le prix du mobile et d’Internet te paraît exhorbitant, et que tu rigoles en lisant « forfait illimité : 120 go par mois » (pour seulement 100 $ par mois)
… quand tu regardes avec dégoût ce Québécois qui te propose de manger une queue de Castor
… quand Débit ou Crédit ?
… quand l’été, tu peux aller à un festival différent par jour
… quand les restos adorent écrire un petit mot de bienvenue sur la première page de leurs cartes, en parlant de l’histoire de leurs ancêtres
… quand tu rencontres plein de « Nadine » mais que ça les fait beaucoup rire que tu puisses t’appeler « Manon » sans avoir 183 ans
… quand personne ne te croit lorsque tu dis que les Québécois sont les seuls au monde à connaître le « célèbre » Général Tao
… quand on t’offre la possibilité d’amener ton propre vin au resto
… quand l’heure de pointe commence à 15h
… quand « J’suis correct »
… quand aller chez « Tim » est aussi naturel que d’aller chez ta maman
… quand tu mesures la température en Celsius et la distance en mètres, mais que tu parles de la taille en pieds et du poids en once
… quand tu peux visiter au moins 30 villes en « Saint-quelque-chose » en moins de 30 minutes
… quand, malgré de très nombreuses explications, tu as encore du mal à comprendre l’utilité du CEGEP
… quand tu écoutes des séries TV
… quand tu réalises que les Québécois parlent des bus au féminin et qu’un nouveau monde s’offre à toi
… quand tu deviens capable de rajouter 15 % à n’importe quel montant à cause des pourboires
… quand tu trippes chaque fois que tu croises (ou imagines croiser) un bucheron
… quand tu Faire la queue pour prendre le bus
… quand tu as des publicités toutes les dix minutes à la TV, y compris au milieu des films et des séries
… quand ton four est fabriqué par frigidaire
… Et que quand un homme te parle de « ses gosses », ça peut prêter à confusion …

1Comment
  • Chloé
    Posted at 11:34h, 30 août Répondre

    Ahahaha, tellement vrai !
    … quand on t’offre la possibilité d’amener ton propre vin au resto
    … quand l’heure de pointe commence à 15h
    Merci pour ce moment de bonheur !

Post A Comment

CommentLuv badge

C’est gratuit, et ça le restera

Ce blog de voyage est mon gagne-pain ; bloguer est une activité à temps plein. Pour m’aider à continuer à en vivre, je ne demande pas le moindre centime ; juste un petit « like » sur ma page Facebook et mon compte Twitter, pour asseoir ma crédibilité auprès des annonceurs 🙂