Sur la route des vins de Bordeaux : quelques conseils en vrac

Bordeaux est une ville que j’adore – jeune, dynamique, à taille humaine, où la vie est agréable. J’aimerais y retourner cet été pour y passer quelques jours ; mais, après un long séjour au Canada, c’est surtout la route des vins rouges qui m’intéresse. Figurez-vous qu’il est assez difficile en Amérique du Nord de trouver du vin corsé et charpenté comme je les aime – les goûts locaux se portent davantage sur les vins légers et fruités. En outre, au Québec, le prix de l’alcool est très élevé à cause du monopole d’Etat et des taxes (comptez 15 € pour une bouteille 1er prix buvable).

Bref, déguster un bon Bordeaux ou un chouette Madiran, ça me manque ! Cet article est donc réservé à tous les amateurs de bons vins qui, comme moi, voudraient aller se faire une cure de vins bien charnus après s’être expatrié dans un endroit où il est difficile d’en trouver (coucou expats français en Chine).

Mes conseils en vrac :

– Commencez votre visite par la Cité du Vin à Bordeaux. 3 000 m² de parcours libre dédié au vin, avec une dégustation à la fin ! En plus, le bâtiment est magnifique.

Cite du Vin (Manu Dreuil)

Cite du Vin (Manu Dreuil, Flickr CC)

Le vignoble bordelais, ça représente une bande de terre d’environ 150 km depuis l’Atlantique, et plus de 10 000 producteurs. On y trouve surtout du Merlot (2/3 de la production) et du Cabernet Sauvignon (1/3).

Les meilleurs vins (et les plus chers) viennent des châteaux du Haut-Médoc, et des caves et châteaux qui peuvent revendiquer l’appellation Saint-Émilion ou Pomerol.

Cependant, évitez de surestimer vos connaissances en œnologie. Plutôt que de vous aventurer seul en territoire inconnu, où vous risquez de payer un coût exorbitant pour goûter à des vins de mauvaise qualité (ça arrive souvent, surtout aux Asiatiques d’ailleurs), commencez par faire l’un des circuits proposés par l’Office du Tourisme de Bordeaux . Ils sont très bien faits, notamment pour ceux qui n’ont jamais fait de dégustation ou ceux qui auraient le désir de se mettre un peu plus sérieusement à l’œnologie sans jamais avoir eu le temps de faire le premier pas. Autrement dit : ça ne sert à rien de filer tout droit au village de Saint-Emilion si vous n’êtes pas capable de faire la différence entre un Bourgogne, un Bordeaux et un Cahors, à moins que vous ne souhaitiez simplement visiter ce très joli village.

Si vous n’êtes pas pressé et si vous pensez être capable de reconnaître un bon vin d’un vin moyen, ne prenez pas de circuit. C’est assez cher et soit vous goûterez essentiellement à des vins que vous connaissez probablement déjà, soit vous goûterez à tellement de saveurs différentes que vous serez bien en peine pour retrouver ce que vous avez aimé / moins aimé. Bref, ça partira dans tous les sens et vous passerez une super journée, mais vous n’irez visiter que les caves et les châteaux les plus connus / touristiques / médiatiques. Ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose (la qualité des vins les plus connus n’est pas usurpée) mais, à titre personnel, j’aimerais me balader sur la route des vins pour découvrir des choses que je ne connais pas et avoir moins de mal à choisir mes bouteilles à chaque fois que je vais chez le caviste ou dans le rayon vin de mon supermarché.

Twin Loc (Flickr CC)

Twin Loc (Flickr CC)

Bordeaux est une ville géniale – et si vous avez envie de savoir ce qu’on peut y faire, allez du côté de cet article Expedia ou du côté de Wikitravel ou dans un guide du Routard tout simplement. Mais profitez-en AVANT de faire ET/OU APRES avoir fait la route des vins. Car, à moins de vouloir passer vos journées dans une voiture, navette, train ou autres transports en commun, prendre un hôtel à Bordeaux pour ensuite explorer la région n’est pas une bonne idée. Les dégustations les plus intéressantes, vous les ferez auprès des petits producteurs de Gironde et du Lot-et-Garonne, à plus d’une heure de route.

Louez plutôt une voiture à Bordeaux, et posez ensuite vos valises dans un petit village comme Fources ou Pomerol (si vous avez un portefeuille bien garni). Vous aurez du vin à longueur de temps, vous pourrez vous balader à pied dans les vignobles à la tombée de la nuit et rentrer ensuite à votre hôtel, tout en déjeunant ou dînant dans d’excellents petits restaurants à l’ambiance conviviale et chaleureuse.

Vous pouvez opter pour une balade qui se rapproche de la flânerie, aller au gré de vos envies et des vos inspirations. Sinon, je vous recommande de définir un objectif très précis pour construire votre séjour et sélectionner les vignobles et les châteaux que vous souhaiterez visiter. Le conseil que je donne souvent est le suivant : allez dans votre supermarché / marché / épicerie / superette habituelle, celle où vous faites tout le temps vos courses. Allez au rayon des vins, et prenez en photo toutes les étiquettes de vins rouges classés à « Bordeaux » (ou d’une autre région si vous aimez autre chose). Repérez les vins que vous aimez, le nom des châteaux, le lieu de la mise en bouteille, l’adresse des producteurs, et construisez-vous un itinéraire à partir de ces informations et à partir de vos propres goûts ! Votre objectif ne sera pas forcément de découvrir de nouveaux vins, mais de consolider vos connaissances sur les vins que vous aimez déjà. Et, surtout, de savoir POURQUOI vous aimez QUEL genre de vin en faisant une dégustation auprès de ceux qui font ce que vous aimez. Cela vous donnera de solides bases pour ENSUITE découvrir d’autres châteaux / caves / vignobles, tout simplement en demandant aux producteurs des conseils et des pistes à explorer.

A titre d’exemple, le vin que je bois le plus souvent est … un Madiran (donc du Sud Ouest, pas du tout bordelais, quel bel exemple pour cet article !). Sur l’étiquette, il est marqué : mis en bouteille à la propriété par … blablabla … pour Cave de Crouseilles. Si je décidais de faire la route des vins du Sud Ouest, la seule chose que j’aurais à faire serait de décider d’un village dans lequel m’installer avec une voiture de location. Le lendemain de mon arrivée, j’irais ensuite tout droit vers le village de Crouseilles où je ferais une dégustation – en apportant une étiquette du vin que je bois tout le temps. On me proposerais de le boire, et de le comparer ensuite à tout un tas d’autres bouteilles, et la visite se terminerais probablement par quelques conseils de caves / vignobles similaires à découvrir dans la région.

Mais le conseil le plus important que j’aurais à vous donner sera celui-ci : essayez de convaincre quelqu’un dans votre entourage qui n’aime pas l’alcool de venir avez vous, et laissez-lui les clés de la voiture !

1Comment
  • Christine
    Posted at 09:47h, 29 septembre Répondre

    Merci pour ces infos, je note ça pour mon prochain tour avec mon mari sur la route des vins de bordeaux 🙂 C’était super intéressant la dernière fois que nous l’avons parcourue mais nous n’avions pas fait toutes ces étapes.
    Christine Dernier billet publié : Dégustations inédites sur la route des vins d’AlsaceMy Profile

Post A Comment

CommentLuv badge

C’est gratuit, et ça le restera

Ce blog de voyage est mon gagne-pain ; bloguer est une activité à temps plein. Pour m’aider à continuer à en vivre, je ne demande pas le moindre centime ; juste un petit « like » sur ma page Facebook et mon compte Twitter, pour asseoir ma crédibilité auprès des annonceurs 🙂