Trois semaines dans la vie d’Aline (NowMadNow)

28 décembre 2011 15 h 49 min

nowmadnow

Aline, c’est une chieuse.

Du genre à ne pas vous laisser manger tranquillement votre poulet frit parce qu’elle s’amuse à vous mettre des frites dans l’oreille.
Du genre à s’essuyer sur vous après avoir laissé tout le contenu d’une salteña dégouliner sur ses mains.
Du genre à vous obliger à faire trois aller-retour de 30 minutes dans le froid et la pluie parce qu’elle est pas fichue d’attendre quelqu’un qui est (un peu) en retard.
Du genre à vous obliger à marcher et à prendre des escaliers parce qu’elle adore ça (pas moi)

Elle s’habille souvent avec des vêtements qui ressemblent à un pyjama, parce qu’elle ne se balade qu’avec deux sets de fringues. Mais rendons lui hommage, car Aline est probablement la seule personne sur cette planète à pouvoir porter des pyjamas dans la rue avec classe et élégance. Elle a quelque peu l’air d’une comtesse descendue incognito dans le monde des mortels et des manants, le maintien toujours droit (surtout à table), la tête haute et le regard perçant. Ca doit venir de ses nobles origines ; il faut dire qu’elle descend au moins de Vercingétorix. Elle ne me l’a pas dit, mais je le sais, je le sens, je le vois – et c’est de cet illustre ancêtre qu’elle a hérité de sa fascination pour les moustaches.

Obsédée par la nourriture

Heureusement que nos hôtels étaient voisins (on a même pas fait exprès), car Aline a la bougeotte facile. Un peu trop, même. Toujours curieuse, toujours en train d’aller vers les gens ou vers un quelque part, incapable de pouvoir tenir en place ; et la seule planche de salut pour tenir Aline est de lui mettre de la nourriture sous les yeux ET sur une table. Parce que si la nourriture n’est pas sur une table, cette Belge va l’emporter pour la manger en marchant, et tant pis si ça dégouline de partout. A ce moment là, il faut fuir – car la bête essaiera de se servir de vous comme d’un sopalin.

Aline mange beaucoup, même si elle en fout toujours un peu partout donc. Elle est incapable de garder tous ses grains de riz dans son assiette et, si par malheur vous l’invitez à manger des bonbons ou du chocolat sur votre lit, immanquablement, vous vous retrouverez à passer la nuit dans la chocolaterie de Charlie.

On ne s’ennuie jamais avec elle. Toujours une question dans les startings blocks (elle en pose vraiment beaucoup), toujours partante pour tout ce que vous pouvez lui proposer (ça te tente, un championnat de kickboxing ?), toujours partante pour vous proposer de faire un truc (tu veux aller embêter de petits singes avec moi ?) ou pour vous emmener dans les endroits qu’elle a découvert suite à ses explorations urbaines (une activité dont elle raffolle – plus bizarre et lugubre est l’endroit, mieux c’est. D’ailleurs, Aline a une affection toute particulière pour les cimetières, qu’elle visite systématiquement. Je suspecte son teint très pâle d’avoir des affaires louches avec ces cimetières). Le genre à toujours vouloir tout gouter ou tout tester, toujours prête à sauter dans un wagon en marche ou à se lancer dans une nouvelle découverte, une nouvelle aventure ou une nouvelle expérience – même s’il faut parfois en payer le prix.

J’aime / J’aime pas

Elle n’aime pas les filles.
Elle n’aime pas les poneys.
Ni le communautarisme.
Ni le prosélytisme.
Ni le chocolat blanc.
Elle n’aime pas l’université.
Elle n’aime pas faire des portraits – car enfermer l’essence d’une personne entre quelques lignes serait la réduire à ces seuls traits saillants, comme la mettre en boîte et la ranger sur une étagère en lui niant la possibilité d’en réchapper.
Elle n’aime pas les gens en retard.
Elle n’aime la reine d’Angleterre (qui lui fait peur).
Elle n’aime pas Alice au pays des merveilles (qui l’a traumatisé).

Elle aime penser aux repas.
Elle aime photographier des graffitis ou des murs détruits.
Elle aime faire des pompes.
Elle aime bien avoir un sentiment de familiarité dans un endroit qui lui était auparavant inconnu.
Elle aime se lancer des défis absurdes (et m’en lancer !).
Elle aime dégeulasser une table quand elle mange.
Et elle aimerait bien faire tous les métiers du monde.

Elle est rigolote, quand elle essaie de cacher qu’elle est essoufflée, ou quand elle se vante de faire ses 200 pompes quotidiennes (j’attends toujours de la voir les faire devant moi). Quand elle essaie de vous faire croire que vous n’arriverez jamais à ouvrir un sachet de mayonnaise alors qu’en fait, pris de pitié, vous faites semblant d’en être incapable. Quand elle prend son air indigné parce que vous venez de lui sortir une super vanne, ou quand elle se plante durant trois heures devant un tag parce qu’elle est fascinée par les tags.

Obsédée par les cimetières et incapable de tenir un parapluie

D’ailleurs, dans son appareil photo / camera vidéo, Aline a :
– beaucoup d’images de tags
– beaucoup d’images de cimetières
– beaucoup d’images de bouffe en tout genre.

A se demander d’où elle sort les photos qu’elle met sur son blog.

En parlant de photo : pour ceux qui se le demanderaient, Aline est plus jolie en vrai qu’en photo.Faut avouer qu’elle a toujours une sale gueule sur les clichés qu’on prend d’elle … Y’a des gens, comme ça, qui sont photopacompatibles …

Aline ne sait pas tenir un parapluie. Au lieu de cela, elle prendra un malin plaisir à essayer de vous embêter par tous les moyens possibles en le mettant de travers, de face, de dos, à côté … Parce qu’Aline est une chieuse de première classe, le très haut de l’échelon dans la catégorie des filles les plus chiantes de la Terre. Elle aime bien vous mettre des trucs dans l’oreille (M&M’s, frites, riz, skittles, chocolat, stylos …- je suis persuadé qu’il y a un truc lacano-freudien qui se cache derrière cette obsession), se moquer de vos petites faiblesses naturelles (c’est pas de ma faute si j’ai cette gueule là quand je baille !) ou vous harceler sur des sujets sensibles (tu devrais ‘soulager’ cette fille !).

C’est une fille indépendante qui ne se laisse pas attacher ni enfermer où que ce soit. Libre, et forte de caractère, épanouie dans ce qu’elle fait et dans ce qu’elle vit – même si ce n’est toujours pas évident pour ceux qui l’entourent et qu’elle aime. Mais les regrets et la frustration sont ses plus grands ennemis et, s’ils venaient à croître, Aline serait comme un cocotier sans noix de coco.

Alors, quand elle veut quelque chose, elle le prend.

Elle a des projets plein la tête, des vies entières à remplir. Très cultivée, très cinéphile, plutôt poivre que sel – et les gens qu’elle aimerait rencontrer en voyage ?
Joey Starr, Marilyn Manson, Vivaldi (elle aime bien les bad boys), et sa grand-mère. Son groupe sanguin est A+ – d’où son antipathie pour Yannick Noah. Les livres qui l’ont fait grandir ? Tintin, Maupassant, Tchekov, et le Journal d’un fou.

Avec Aline, on a :
– installé un camp de base devant une prison pendant une bonne semaine.
– ralé (beaucoup – à ce titre, et malgré sa belgitude, elle fait honneur à la France).
– rit (encore plus)
– mangé libanais, japonais, indien, thailandais, bolivien, italien, marocain, péruvien, végétarien, salteñien, judorangien, autrichien, tout en pestant parce que les Russes n’ouvrent jamais
– apprécié le plaisir de marcher longtemps sous la pluie avec un parapluie
– cherché des alcooliques sous un pont, dans des endroits mal famés, dans un marché …
– assisté à des combats de catch de mamas boliviennes (et on a bien rigolé pendant trois heures)
– bu (beaucoup) – mais que du thé hein, parce qu’elle ne boit pas et ne fume pas, c’est une fille bien
– vu des combats de kickboxing
– eu beaucoup d’idées et de conversations débiles
– fait la fortune d’une vendeuse de DVD pour nos soirées-films-cool-et-de-préférence-post-apocalyptique – bah ouais, le voyage c’est chouette mais parfois, c’est bien aussi de se caler dans un lit.

Bref.

Aline est l’une des plus belle rencontre de mon voyage.
… malgré la frite qu’elle m’a mis dans l’oreille.

44 Commentaires

Laisser un commentaire

requis

requis

facultatif


CommentLuv badge