A la Nouvelle-Orléans, la musique est partout. Jazz, blues, folk, le son des cuivres et des percussions se fait entendre dans toute la ville ; dans la rue, dans les bars, dans les salles de concert, même au détour d’un marécage. Ces photos représentent mon premier contact avec cette vie toujours inscrite dans un mouvement musical, où chorus et lyrics représentent un échappatoire aux sentiments, un support aux messages qu’on veut crier au monde.

Et la musique entraîne souvent la danse. Contrairement aux clichés, danser n’est pas toujours une expression de la « joie de vivre » – réelle, mais beaucoup fantasmée lorsqu’il s’agit de la Nouvelle-Orléans. Dans ces photos, vous verrez des clichés pris lors d’une parade « Second Line » : une tradition où les « brass bands » (orchestres à cuivres) de chaque « club » de Trémé défilent dans les rues de NOLA (Nouvelle-Orléans), suivis par tous ceux qui apprécient leur musique. Les participants marchent, dansent, font tourner des mouchoirs ou des parapluies dans les airs, invitent tous les passants à se joindre à eux dans une ambiance survoltée. Ces parades prennent parfois la forme de funérailles (mais sans cadavre) – pour commémorrer la disparition d’un membre du club, du quartier, souvent lors de fusillades ou d’altercations avec la police. On chante, on s’habille de façon très colorée, on joue des mélodies très vives et très joyeuses, tout en pleurant au fond de soi-même.

Musicienne de rue dans le French Quarter, à la Nouvelle-Orléans
Musicienne de rue dans le French Quarter, à la Nouvelle-Orléans
Musicienne de rue dans le French Quarter, à la Nouvelle-Orléans
Musicienne de rue dans le French Quarter, à la Nouvelle-Orléans
Guitariste de rue dans le French Quarter, à la Nouvelle-Orléans
Guitariste de rue dans le French Quarter, à la Nouvelle-Orléans
Décorations de Mardi Gras, Nouvelle-Orléans
Décorations de Mardi Gras, Nouvelle-Orléans
Le dimanche, à la Nouvelle-Orléans, il est tout à fait normal de danser avec un parapluie dans la rue.
Le dimanche, à la Nouvelle-Orléans, il est tout à fait normal de danser avec un parapluie dans la rue.
GoodFellas second line
Un des cadres du club « GoodFellas », qui défilait ce dimanche-là.
Second line (parades), Nouvelle-Orléans
Le même, de dos.
Second line (parades), Nouvelle-Orléans
Lors d’une second line, on vit et on voit souvent des moments étranges.
Second line (parades), Nouvelle-Orléans
La reine de la parade ce jour-là, distribue à boire aux passants
Second line (parades), Nouvelle-Orléans
Une acolyte de la reine de la parade, qui distribue des bonbons aux enfants
Second line (parades), Nouvelle-Orléans
Pendant les Second line, beaucoup d’habitants du quartier qui défile portent ce genre de t-shirt, à la mémoire d’un proche tué lors d’une fusillade (souvent) ou décédé d’une mort naturelle (parfois).
Second line (parades), Nouvelle-Orléans
Gamins d’une Second line qui dansent et font une drôle de tête
Une grand-mère et son petit-fils dans les rues de la Nouvelle-Orléans
CHARMAINE NEVILLE BAND
CHARMAINE NEVILLE BAND au Snug Harbor, Nouvelle-Orléans, l’un des clubs de jazz les plus réputés de la ville.
Snug Harbor, Nouvelle-Orléans
Jeune guitariste invité à jouer avec le CHARMAINE NEVILLE BAND au Snug Harbor, Nouvelle-Orléans
Snug Harbor, Nouvelle-Orléans
Public qui danse au Snug Harbor, Nouvelle-Orléans
louis armstrong park
La statue de Louis Armstrong (né en 1901 à La Nouvelle-Orléans), dans le parc qui porte son nom
Author

Journaliste indépendant