C’est l’île habitée la plus isolée du monde ; un minuscule bout de terre au milieu de l’Ocean Pacifique, pile poil au milieu des 8000 km séparant Santiago du Chili à Tahiti, distantes chacune de 5h50 de vol.

Les mystères et les énigmes de l’île de Pâques sont fascinants : que s’est-il passé entre 1722 (date à laquelle un navigateur hollandais « découvre » l’île et décrit la prospérité de ses habitants) et 1772 (date à laquelle arrive un capitaine espagnol qui décrira l’île comme misérable et déforestée) ? D’où viennent les 887 « moaïs », ces célèbres statues géantes transformées depuis en image d’Epinal ? Comment déchiffrer le rongo-rongo, la seule écriture connue de l’Océan Pacifique et dont les derniers scribes moururent en 1862 ?

J’ai beaucoup regretté de ne pas avoir pu y mettre les pieds lors de mon séjour au Chili. Alors, à la place, j’ai beaucoup lu ; sur les différentes légendes des Rapa Nui, sur les innombrables histoires de l’île et parmi ces histoires-là, il y a celle, bizarre, improbable, et peu connue, du Français Jean-Baptiste Onésime Dutrou-Bornier – roi de l’île de Pâques entre 1868 et 1876.

Rano Kau rapanui ile de paques easter island

© pirindao (Flickr CC)

L’histoire d’un marin français

Jean-Baptiste Onésime Dutrou-Bornier, né en 1834, était un marin français peu sympathique ; un soldat de l’armée française qui, après la guerre de Crimée, décide d’intégrer la marine nationale et finit par abandonner sa femme et son jeune fils en 1865 pour vivre une vie d’aventurier, libre et sans attache.

Il s’installe au Pérou, se livre au trafic d’armes, est condamné à mort puis relâché sur intervention du consul de France ; navigue en direction de Tahiti pour se refaire une santé et finit par s’installer sur l’île de Pâques en 1867 à la suite de grosses dettes de jeu.

Dutrou-Bornier, installé à Mataveri, survit en recrutant de la main d’oeuvre Rapanui (les habitants de l’île de Pâques) pour les envoyer au Pérou, où ils finissent réduits en esclavage. Il commence alors à racheter petit à petit les terres des Rapanui et, en 1869, il kidnappe la femme d’un Rapanui pour se marier avec elle. Il essaie de persuader la France de faire de l’île un protectorat mais, face aux refus des autorités, le marin français décide de s’emparer seul du pouvoir ; et par la force.

Il recrute un groupe de Rapanui en leur offrant quelque chose d’impensable à l’époque : le droit d’abandonner la chrétienté, au profit de leurs croyances ancestrales. Armés de fusils, de canons, mettant à feu les huttes de ses opposants, ils aident Dutrou-Bornier à régner en tyran sur l’île et celui-ci s’octroie le titre de « gouverneur », tout en nommant sa femme Koreto « reine ». Sans autre légitimité que la force et la violence.

Dutrou-Bornier voulait « nettoyer » l’île de la plupart de ses habitants autochtones pour faire de l’île de Pâques … un élevage de moutons. En 1871, des missionnaires, complices, évacuèrent donc la totalité des habitants de l’île pour les réduire en esclavage, à l’exception de 171 Rapanui – à peine 3% de la population.

Il finira par être assassiné en 1876, à la suite d’une dispute concernant une robe. Mais son affection pour les kidnappings d’adolescentes pré-pubères a probablement été le déclencheur le plus probable de sa mort.

rapanui easter island ile de paques moai

© Alessandro Caproni (Flickr CC), Rapanui

Autres légendes et mystères de l’île de Pâques

J’ai longtemps regretté de ne pas avoir pu creuser davantage l’histoire de cet homme, et les conséquences terribles qu’ont eu ses actions sur le destin de l’île. Mais, au-delà de cette parenthèse historique, l’idée de pouvoir méditer devant les immenses statues, en regardant l’océan Pacifique, me séduisait également.

Voir la courbure de la Terre depuis les falaises de lave noire. Admirer l’absence de navires, de bateaux, et l’une des eaux les plus claires du monde. Plonger ; discuter avec les habitants de l’île des innombrables théories concernant leur histoire. Croyez-vous la théorie de l’écocide proposée par Jared Diamond, pour qui le destin de l’île de Pâques est à mettre en relation avec la déforestation complète et irréfléchie de Rapanui ? Faut-il écouter les historiens autochtones, pour qui l’arrivée des navigateurs européens était porteuse de germes et de microbes auxquels n’étaient pas immunisés les habitants ? Qui, des épidémies ou du cannibalisme, a détruit la civilisation pascuane ? Etait-ce pour conjurer le sort que les Rapanui ont eu cette frénésie de construction de statues géantes ?

« Il y a peu d’endroits au monde où l’on ressent sur une surface aussi réduite la force et la richesse d’une grande civilisation, et son combat pour survivre » écrit, avec beaucoup de justesse … le guide du Routard. Un jour, j’irai.

– Comment y aller ?
Il n’y a que la compagnie #LAN qui dessert l’île de Pâques. Compter entre 350 € et 800 € depuis Tahiti ou depuis Santiago (5h30 de vol dans les deux cas).

– Quand visiter l’île de Pâques ?
L’hiver austral (de juin à août) est doux. Mais c’est pendant l’été austral (de décembre à mars) que les touristes sont les plus nombreux, notamment lors du festival de la Tapati (février).

– Que faire sur l’île de Pâques ?
En plus des 887 moaï, l’île abrite des milliers de vestiges archéologiques. Maisons, jardins, grottes, peintures … Une mine fabuleuse pour les férus de légendes, de mystères, d’énigmes historiques. Visiter l’île, se baigner, prendre du repos, marcher, sont les activités principales pour ceux qui viennent jusque là. Quatre jours suffisent, et un séjour d’une semaine permet déjà de tout faire.


Chris

Journaliste indépendant

2 commentaires

Gaijin au Japon · 5 juin 2015 à 8 h 11 min

Hé bien dis-donc sacrée histoire que celle de ce marin français, à la limite d’un film à la Hollywood.

Tahiti Le Blog · 31 juillet 2017 à 17 h 08 min

La disparition du peuple Rapanui reste effectivement un mystère. Une dernière étude publiée par une équipe d’archéologues américains contredit l’hypothèse de l’écocide ( voir l’article dans les inrock: http://www.lesinrocks.com/2017/07/news/une-nouvelle-etude-remet-en-cause-toutes-les-theories-sur-lile-de-paques/ ). En tout cas l’histoire de cette île polynésienne est passionnante.
L’île de Pâcques sera une de nos prochaines destinations !
Fabrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *