Category

Amérique du Sud

Category

J’ai vécu deux mois et demi à Valparaíso. Coup de foudre pour cette ville du centre du Chili connue pour son côté très bohémien, ses collines et ses maisons colorées donnant sur l’océan Pacifique. Et l’envie, ce soir, de partager dans un article tous les conseils et les recommandations que je fais régulièrement aux personnes qui me demandent ce qu’il faut voir, ce qu’il faut faire à Valparaiso le temps d’un week-end ou d’une visite prolongée.

C’est l’île habitée la plus isolée du monde ; un minuscule bout de terre au milieu de l’Ocean Pacifique, pile poil au milieu des 8000 km séparant Santiago du Chili à Tahiti, distantes chacune de 5h50 de vol. Les mystères et les énigmes de l’île de Pâques sont fascinants : que s’est-il passé entre 1722 (date à laquelle un navigateur hollandais « découvre » l’île et décrit la prospérité de ses habitants) et 1772 (date à laquelle arrive un capitaine espagnol qui décrira l’île comme misérable et déforestée) ? D’où viennent les 887 « moaïs », ces célèbres statues géantes transformées depuis en image d’Epinal ? Comment déchiffrer le rongo-rongo, la seule écriture connue de l’Océan Pacifique et dont les derniers scribes moururent en 1862 ? J’ai beaucoup regretté de ne pas avoir pu y mettre les pieds lors de mon séjour au Chili. Alors, à la place, j’ai beaucoup lu ; sur les…

Cet été-là, Ignacio avait 22 ans. La famille Morel était alors le cartel paraguayen le plus puissant de la région, contrôlant les principales routes où s’acheminaient les femmes, les drogues, les armes, et les cigarettes, par conteneurs, par milliers, du Mexique à la Colombie ; et puis, la Bolivie, le Paraguay, le Brésil – et enfin, l’Europe, pénétrée grâce à l’Espagne et le Portugal.

Central do Brasil, c’est presque un docu-fiction sur les réalités du Brésil de la fin des années 90 – alors que l’envol de la croissance économique n’en était qu’à ses balbutiements. L’alcoolisme, la violence, les loteries au parfum d’opium des pauvres, les trafics d’organes, le vagabondage – mais également, la beauté d’un pays, la majestuosité de ses paysages, la solidarité humaine, qui prend le pas sur l’inidividualisme dans lequel on voudrait pousser les personnages.