Category

Suède

Category

« En Suède, il y a : des élans et des rennes au congélo des supermarchés, des milliers de gants perdus dans les rues, de la neige, des gens payés pour marcher sur les toits de la ville, cinq heures de soleil par jour en hiver, du vin chaud, des framboises jaunes, des casques de viking, des gens bien habillés et des trucs design à tous les coins de rue, des piétons qui respectent systématiquement les passages piétons et des voitures qui laissent systématiquement traverser les passants perdus, des anglophones partout, des jolis gens partout, des rues propres et des publicités où l’on affiche le CV des SDF de la capitale, et un ciel, et une lumière d’une couleur très particulière en hiver – à mi-chemin entre l’aube et la mélancolie. « 

En Suède, il y a : des élans et des rennes au congélo des supermarchés, des milliers de gants perdus dans les rues, de la neige, des gens payés pour marcher sur les toits de la ville, cinq heures de soleil par jour en hiver, du vin chaud, des framboises jaunes, des casques de viking, des gens bien habillés et des trucs design à tous les coins de rue, des piétons qui respectent systématiquement les passages piétons et des voitures qui laissent systématiquement traverser les passants perdus, des anglophones partout, des jolis gens partout, des rues propres et des publicités où l’on affiche le CV des SDF de la capitale, et un ciel, et une lumière d’une couleur très particulière en hiver – à mi-chemin entre l’aube et la mélancolie.

Dans ma tête, la Suède c’est, pêle-mêle : Ikea, des blonds, des jolies blondes, des grands blonds, des Vikings, des aurores boréales, de la neige, du froid, des nuits sans fin, des jours sans nuits, Nokia (oups), Millénium, des têtes royales, une langue imprononçable que je me suis mis en tête d’apprendre, des lapons, le Père Noël, des rennes, des baies rouges, des meubles, la bibliothèque BILLY, du vert et des citoyens écolos, des gens calmes, des gens cools et branchés, des tatouages, les Hells Angels, de l’eau, et une obscure correspondante que j’avais au collège et qui a arrêté de m’écrire le jour où je lui ai envoyé, dans une de mes lettres, l’empreinte digitale de mon doigt de pied. Un bout d’Europe au nord, tout en haut, là où les gens semblent heureux, doués en Anglais, et tous formidablement intelligents.