[Blogtrip] A la découverte d’une île paradisiaque méconnue : Madère

funchal madere

[Blogtrip] A la découverte d’une île paradisiaque méconnue : Madère

C’est un archipel où les fruits, les arbres et les fleurs poussent comme du lichen en forêt. Des bouts de terre ayant été pondus par une succession d’éruptions volcaniques, donnant au sol un relief et une extraordinaire fertilité fécondée par un climat subtropical sans excès ; le printemps toute l’année, 15°C en hiver, 25°C en été, jamais trop chaud, jamais trop froid, qui fait le bonheur des locaux et des touristes.

Madère. Un archipel portugais auquel ne pensent que rarement les Français ; perdu dans l’Atlantique, à 660 km du Maroc et à 980 km au sud-ouest de Lisbonne. Un paradis pour amoureux de la nature et amateurs de randonnées de tous niveaux à flanc de volcan, au milieu d’une forêt laurifère primaire si belle, si remarquable, qu’elle fut inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1999.

La force des vents

J’ai été invité à découvrir l’île du 15 au 19 mai et, en dehors de tout le discours de com’ habituel, cette première rencontre a été un véritable coup de foudre.

Vue sur Madère depuis le Pico do Arieiro

Vue sur Madère depuis le Pico do Arieiro

J’ai aimé la force du vent, à l’atterrissage de notre avion. La tête peu rassurée des passagers lorsque des puissantes rafales de vents secouaient le zinc dans tous les sens ; et la tête des arbres, penchés, leurs feuillages recoiffés par ces brises qui leur donnaient un air de rock star. Comme si la légende était vraie ; celle qui dit qu’Eole habiterait l’île de Madère, et aurait offert à Ulysse un sac dans lequel se trouvaient les vents impétueux qui devaient l’aider à rentrer en Ithaque.

« C’est une île qui flotte : une côte de bronze, infrangible muraille, l’encercle tout entière ; une roche polie en pointe vers le ciel » disait Homère dans l’Odyssée.

Des paysages uniques

J’ai aimé l’éclat des paysages. Le flanc des montagnes où les grands pins sont rois, le Parque Natural da Madeira où subsistent les derniers lauriers primaires sauvages du monde avec ceux des Açores et des Canaries. La côte, et l’océan aux milles nuances de bleus et de verts ; Funchal, le port d’escale et principale ville de Madère, construite sur le dos des volcans éteints.

street art funchal

Dans la plus vieille rue de Funchal, des street-artist ont été invités à s’exprimer sur les murs

Il y a un petit air de Valparaiso, avec le street-art et les nombreux voiliers accostés au port et la colonisation, en arrière-plan, des collines par les habitations. L’urbanisation a été rapide; et stoppée net au moment de la crise économique de 2008. On voit des constructions inachevées, des murailles de béton trouées par des fenêtres jamais vitrées, qui reprendront peut-être un jour à la faveur du développement touristique en devenir – qui représente déjà 20 % du PNB. Certains achèteront peut-être un pied à terre où finir leurs vieux jours ; comptez 150 000 € pour un appartement de deux chambres avec vue sur la mer.

Des petits vieux

Des petits vieux, il y en a déjà beaucoup à Madère. La plupart des touristes que nous croisons viennent avec les bateaux de croisières ou par groupes de 40, 50 personnes, et tous ont des gueules de jeunes retraités. Ils sont mignons – à s’extasier devant les fleurs, à se prendre en photo au bord de la mer, à chercher du regard les dauphins qui bondissent au large de l’île. Une soixantaine d’entre-eux décède chaque année ; la faute aux dénivelés, à la bonne chère, au soleil et aux quelques abus concédés au foie et à l’estomac.

Lever de soleil funchal Pico do Arieiro

Lever de soleil depuis le Pico do Arieiro

Entre deux siestes, restaurants, SPA ou thalassothérapies, ces petits vieux profitent de la vie et font bronzette tandis que les jeunes, eux, profiteront des nombreux aménagements pour avoir des vacances plus actives, plus sportives, au milieu d’un cadre superbe – Madère héberge d’ailleurs l’un des ultra trails les plus recherchés au monde avec, pour le plus difficile, un peu plus de 6800m de dénivelés. Pour les plus contemplatifs, les pistes de randonnées sont nombreuses et bien balisées, pour les piétons comme pour les cyclistes ou les quads. Les petits chemins de traverse sont aussi présents, et ne demandent qu’à être explorés

Mais qu’ils soient jeunes ou moins jeunes, tous les visiteurs iront boire les différents vins de Madère comme du petit lait, qu’ils savourent, au soleil, accompagnés de fruits de mer et de poissons en tous genres.

Une gastronomie riche et bonne vivante

Car Madère est aussi une gastronomie. Riche. Patates douces, bananes, fruits de la passion, thon, sabre noir et patelles ; des choux, des bars à 4€ le kilo, des fruits bizarres entre l’anone et la banane, et tout un tas de versions miniatures des fruits et légumes que nous connaissons – pommes, courgettes, carottes, plus petites et plus goutues parce qu’à Madère, ce n’est pas la taille qui compte, mais le goût.

Mercado dos Lavradores Funchal

Des légumes miniatures au Mercado dos Lavradores, à Funchal

Ca manque un peu de viande ; il n’y a pas d’animaux sauvages sur l’île et les nombreux lapins à courir les sentiers, ont été importés. Il y a bien quelques vaches, pour le lait, parfois pour la viande, mais elles appartiennent aux familles, qui ne les vendent pas. Les broches de boeuf sont pourtant le plat le plus traditionnel de l’île et, lorsque vous discuterez des espetadas avec les Madériens, gare à vous : il n’y a pas deux familles qui soient d’accord sur la meilleure façon de faire griller la viande sur les braises parfumées au laurier. Faut-il une cuisson bleue ou à point ? De l’ail ? Quelle quantité de laurier ? Une marinade ou sans marinade ? A quel degré de maturité prendre la viande ? Si vous avez la chance de pouvoir rester un peu plus longtemps que prévu sur cette île, il est très facile de se faire inviter par des familles – et de pouvoir prendre prétexte de ces questionnements existentiels autour de l’espetada pour passer d’inoubliables moments d’humanité.

Il y a encore beaucoup à dire sur l’île de Madère – ses fleurs, ses chemins de randonnée. Ses pics et ses levadas, marcher au-dessus des mers de nuages ; ses recettes, la poncha, ses centres dédiés au bien-être et ses nombreuses curiosités … Le prétexte idéal pour s’attarder un peu sur l’île et picorer toute la série d’articles à venir 🙂 !


 

Comment aller à Madère ?

Les compagnies Aigle Azur et TAP Portugal assurent une liaison directe Paris-Funchal (quotidienne pour la première, plusieurs fois par semaine pour la seconde).

Pour ceux qui souhaiteraient passer un peu de temps à Lisbonne (ce que je recommande vivement !), il est également possible de réserver des vols vers le Portugal avec Bravofly pour pas très cher et, depuis Lisbonne, de prendre ensuite un vol vers Funchal.

Avec quelle agence partir à Madère ?

Pour ceux qui voudraient se simplifier la vie, l’agence Terres d’Aventure propose de nombreux circuits en groupe ou en individuel.

Quand visiter Madère ?

L’île est agréable toute l’année. Pour éviter les flux touristiques de masse, privilégier Mai, Octobre et Novembre. Les prix sont également plus doux à ces moments-là. Décembre et Janvier sont aussi un pic de fréquentation, dominé par les Scandinaves et les Anglais qui viennent chercher des cieux plus doux.

7 Comments
  • Randonnée
    Posted at 05:48h, 05 juin Répondre

    Très bel article sur Madère !

    Les paysages sont vraiment très beaux. Je pense qu’il s’agit d’une destination idéale pour se reposer, se balader, profiter des petits plaisirs de la vie … 😉

  • LaRoux
    Posted at 07:04h, 09 juin Répondre

    Des années déjà que je rêve d’y faire un saut 🙂

  • Le Blog du Voyage | [Portugal] Madere en photos, le temps d’un voyage
    Posted at 13:27h, 15 juin Répondre

    […] Madère, c’est un bout de volcan fertile, colonisé par les fleurs et les fruits du monde entier. Un voyage au Portugal différent ; face à la mer, et face aux collines, des montagnes modestes mais suffisamment riches pour égayer les promeneurs les plus exigeants, ou les plus blasés. […]

  • Thibaut
    Posted at 06:33h, 22 mai Répondre

    Moi qui vis à Lisbonne, j’ai un ami qui vient de Madère et qui me dit que l’endroit est magnifique et encore plus joli que les Açores (îles portugaises également)
    C’est prévu pour cette année Madère !
    Thibaut Dernier billet publié : Cascais Lisbonne : comment y aller et que visiter ?My Profile

  • Le Blog du Voyage | [Blogtrip] A la découverte de la Costa Brava (Espagne)
    Posted at 10:29h, 27 mai Répondre

    […] coin, du 10 au 13 mai dernier. Et, même si je n’ai pas eu le même coup de foudre que pour Madère, je m’y suis amusé comme un […]

  • Le Blog du Voyage | Voyage en Europe : tout ce que les Québécois devraient savoir avant de partir
    Posted at 13:48h, 31 mai Répondre

    […] Une île paradisiaque, de beaux paysages, l’océan à tous les coins de rue, une gastronomie riche et excellente, des fruits et des légumes dans tous les sens … Et du soleil 340 jours par année. A découvrir dans cet article ! […]

  • Plus d'info
    Posted at 08:01h, 06 juin Répondre

    Il était relecture votre site pour un certain temps parce que je pensais que c’était ennuyeux lourd, mais les derniers messages articles sont de bonne qualité, de sorte Je suppose que je vais vous ajouter à ma liste sites quotidienne. Vous le méritez ami. 🙂 \ R \ n \ r \ nSaludos \ r \ n

Post A Comment

CommentLuv badge