faire des rencontres en voyage

On dit souvent que voyager seul, c’est ne jamais vraiment être tout seul.

La plupart des personnes qui me rencontrent pour la première fois me trouvent introverti, calme et réservé – presque secret. Parce que je préfère laisser les autres parler, parce que je préfère les écouter et les découvrir d’abord, plutôt que d’avoir à faire le premier pas dans ces drôles d’échanges sociaux où deux inconnus se racontent leurs vies pour savoir s’ils ont une quelconque compatibilité entre eux.

Pas plus tard qu’hier, un couillon avec qui j’ai eu ce genre d’échange dans sa version « one shot » m’a écrit en m’apostrophant de la sorte : « comment un mec aussi renfermer (sic) que toi peut se faire des potes en voyage ? » en continuant sur le fait que je crèverai probablement de solitude dans quelques mois.

Ca m’a donné envie d’écrire cette page de mon carnet de route sous la forme d’une petite liste dans sa version « y’a internet ». J’écrirai probablement un truc similaire dans sa version « y’a pas internet ».

Alors, voici 7 de mes petits trucs perso pour me trouver des amis en voyage grâce à internet, avec leur application concrète pour le début de mon truc de 7 ans.

Le Couchsurfing

C’est génial, le couchsurfing. Des mecs et des nanas que vous ne connaissez ni d’Eve, ni d’Adam, vous proposent un toit et une petite chope de bière, de vin ou de tarte au citron pour le seul plaisir d’échanger et de faire de nouvelles rencontres.

Vous venez de débarquer dans une nouvelle ville où vous ne connaissez personne ? Contactez une petite douzaine de Couchsurfers du coin ! Il suffit de lire leur profil pour leur écrire un petit message personnalisé qui leur donnera envie de vous rencontrer :

« hey, je suis machin chose et je fais trucmuche pendant 987 mois. J’ai vu sur ton profil que tu étais fan d’Isaac Asimov. Moi aussi ! Je suis même sorti avec une nana qui avait la collection complète de tous ses livres, ça remplissait un mur entier ! Je viens d’arriver dans la ville et je compte y rester quelques mois ; pour l’instant je ne connais personne et je suis un peu perdu. J’ai des milliers de questions du genre : quels sont les bars sympas où on peut sortir ? Est-ce que tu sais s’il y a des trucs de prévus dans les prochains jours pour sortir ? Bref, je me demandais si ça te dirait d’aller boire un verre un de ces quatre pour que tu me donnes quelques conseils et quelques bons plans du coin 🙂 … ! »

Si vous êtes une nana et que vous ne contactez que des mecs, votre taux de réponse avoisinera probablement les 100%.

Et si vous êtes hébergé par votre contact CS, eh bien, ce sera encore plus facile de devenir ami avec lui ! Pour peu que vous preniez la peine de :
– Parler dans sa langue (dans la mesure du possible)
– Lui faire goûter votre cuisine
– Lui proposer des trucs / des sorties
– Lui demander des conseils sur les trucs à voir dans la ville (et lui proposer de venir)
– Bref, pour peu que vous preniez la peine de vous intéresser à lui

Application concrète : avant d’arriver à Buenos Aires, j’ai envoyé une bonne vingtaine de mails personnalisés à des Couchsurfers de tout bord. Une coloc américano-italiano-argentine m’a hébergé pendant toute la première semaine du voyage ; ils m’ont amené faire la fête un peu partout dans la ville, m’ont fait découvrir les principaux coins intéressants de la ville, m’ont donné toutes les petites astuces locales et m’ont présenté à des gens qui sont à leur tour devenus mes amis et qui m’ont, à leur tour, invité à boire un verre, sortir, etc. Parfois, c’est moi qui leur propose de sortir lorsque je vois un concert, un spectacle ou un évènement qui s’organise quelque part, etc !

Variante : depuis que je suis à Buenos Aires, je continue d’envoyer des mails à des Couchsurfers mais cette fois-ci, plutôt en lien avec mon projet. J’ai bu une demi-douzaine de cafés avec une demi-douzaine de nationalités différentes, j’ai trois matchs de foot à aller voir avec d’autres, et Vendredi je suis invité à l’anniversaire d’une nana que je n’ai jamais vu, tout comme les 154 invités qui seront présents ce même soir !

fiesta buenos aires

Forums (couchsurfing, voyageforum, forums spécialisés, etc)

Laisser des messages sur des forums, c’est aussi un truc qui marche pas mal.
Style appliqué : « bouteille à la mer ».
Mais impossible de se contenter de copier-coller les mêmes messages sur tous les forums : chaque adresse à sa spécificité, ses codes et ses attributs. On ne rencontre pas et on ne parle pas aux mêmes personnes sur un site de motard comme Horizonsunlimited et Voyageforum !

Application :
– Couchsurfing (version ultra-raccourcie du message posté en espagnol et en anglais) : « Salut tout le monde ! Je suis un jeune journaliste qui commence un tour du monde de 7 ans. Je viens d’arriver à Buenos Aires et comme je vais rester 2 ans en Amérique latine pour faire tout pleins de reportages, je cherche des contacts dans les milieux du sport, de l’écologie, et du terrorisme :). Si vous n’êtes pas du tout impliqué / intéressé par ces trois sujets là, je suis tout aussi partant pour aller boire une bière et vous montrer comment faire des bulles de savon géantes avec trois fois rien 🙂 ! »
– Horizonsunlimited (idem) : « Yo, je suis blabla et je compte voyager pendant deux ans en Amérique latine à moto – non pas pour faire comme le Che, mais tout simplement parce que c’est le moyen le plus pratique et le moins cher pour moi de faire ce que je veux faire ici. Est-ce qu’il y aurait quelqu’un à Buenos Aires ou quelqu’un qui connaîtrait quelqu’un à Buenos Aires qui accepterait d’aller boire un verre avec moi pour parler de tout et de rien, de moto, et me donner quelques conseils pour rouler et pour passer les postes de polices corrompus ? »
– Etc. Marche aussi sur Voyageforum, forums de photo (« tiens, j’ai vu que tu étais allé en Amérique du sud pour prendre tes photos. T’aurais pas des contacts à me filer? »), de vidéo, etc.

Facebook (groupes)

Il s’agit moins d’utiliser Facebook pour rencontrer des gens, que d’utiliser Facebook pour savoir OU rencontrer des gens en vrai, en chair et en os. Il y a tout plein d’évènements marrants (genre : happening collectif de t-shirt mouillé), intéressants (concert de tango, théâtre) ou participatifs auxquels aller pour faire des rencontres.

Cultiver l’une de ses passions

Tout le monde a une petite passion. Oui, tout le monde, absolument tout le monde ! Et y’en a même pleins qui en ont plusieurs, de passions ! Ca peut être : Harry Potter, la photo, marcher pied nu, le foot, l’aquaplanning, la cuisine, la littérature, le voyage, les langues, la danse, la musique, les photos de métro – bref, tout peut être passion, il suffit juste de se rendre compte de la sienne.

Très très souvent, ces passions sont partagées par des milliers de personnes aux quatre coins de la planète. On trouve des fans d’Harry partout dans le monde, des fans de foot ou des musiciens en herbe à chaque coins de rue.

Pour trouver et rencontrer ces personnes, on peut aller sur des forums spécialisés, chercher des associations de fan, participer à des évènements, des concerts, des regroupements, etc, etc. Exemple concret : participer à un safari-photo urbain dans Buenos Aires sur le thème du taxi, et se réunir ensuite pour boire un verre avec tous les participants ! Bon, je ne l’ai pas fait, mais ça aurait pu être génial et j’aurais rencontré tout un tas de mecs et de nanas intéressants ! Avec les bons mots-clés sur Google, ou simplement en lisant un journal local, il est facile de trouver ce genre de choses.

Bonus : plus un passionné est seul dans son coin (ex: un fan de danse soviétique isolé au milieu de la Patagonie chilienne), plus il sera enthousiaste et heureux à l’idée de vous rencontrer. Chances de conversion en amigo : 100 % !

fiesta portena

Blogosphère

Si vous ne parlez que Français, trouvez des blogs d’expats. Il y en a pleins !
Si vous parlez Anglais, il y en a encore plus !
Et si vous parlez la langue du coin, il y en a des centaines !

Il suffit souvent d’envoyer un petit message très sympa au mec qui écrit le blog pour qu’il accepte de vous rencontrer. Généralement, un expat’ qui écrit un blog, écrit pour partager ce qu’il vit, ce qu’il sait, ce qu’il voit – s’il accepte de passer des heures et des heures derrière son écran pour le faire, il acceptera sûrement de passer une ou deux heures à le faire autour d’un café et face à un lecteur de chair et d’os.

Petits services de tourisme

Autre variante de la blogosphère : les expats qui montent leur service de tourisme, les gérants de guest-house ou tout autre personne du secteur. Généralement, ces personnes ne font pas ce qu’ils font pour l’amour de l’argent, mais pour arriver à vivre de ce qui leur plait, de leur passion et de leurs envies.

Vous pouvez leur écrire via le formulaire de contact sur leur site, pour leurs demander des conseils et des infos, mais aussi pour leur proposer d’aller les voir en chair et en os pour leur demander des contacts, des gens qui connaitraient des gens qui ont une passion, ou un blog, ou s’ils connaissent un groupe Facebook intéressant …

La technique du saute-mouton

Ma technique préférée : utiliser les amis et les contacts que vous avez déjà pour en avoir de nouveaux. C’est un cercle potentiellement infini : je connais quelqu’un, qui connait quelqu’un, qui connait quelqu’un … On peut rencontrer le monde entier (littéralement) grâce à cette technique, du paysan du Périgord au président des Etats-Unis.

Un journaliste, c’est quelqu’un qui passe son temps à utiliser cet outil pour arriver à chercher des informations. Mais si vous avez simplement envie d’aller faire la java avec des locaux, il suffit d’envoyer des mails aux gens que vous connaissez et qui ont déjà été dans le coin, en leur demandant : « tu pourrais me donner l’adresse d’un mec que tu connais ? ».

J’y reviendrai, sur cette technique. Mais comme dirait un certain Martin, il suffit souvent d’exploiter son propre réseau social pour faire les nouvelles rencontres les plus riches qui soient !

Bref, amigos – le soucis est moins de trouver des gens que d’optimiser son temps pour rencontrer les bonnes personnes. Bientôt sur vos écrans : comment faire des rencontres SANS internet.


Chris

Journaliste indépendant

5 commentaires

On the Roadside · 30 juin 2011 à 5 h 19 min

Il y a quelques idées aux-quelles je n’avais pas pensé !

    Chris · 5 juillet 2011 à 20 h 07 min

    Héhé 🙂 – je serais bien curieux de savoir lesquelles !

Elyes · 6 juillet 2011 à 2 h 25 min

Fallait y penser la technique du « saute mouton » 🙂

    Chris · 6 juillet 2011 à 16 h 30 min

    Et pourtant, c’est la plus efficace et la plus chouette

7 trucs pour faire des rencontres et nouer des amitiés en voyage grâce à Internet (CDR 7) | TravelSquare · 29 juin 2011 à 18 h 10 min

[…] 7 trucs pour faire des rencontres et nouer des amitiés en voyage grâce à Internet (CDR 7) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *